NOUVELLES
22/05/2015 08:33 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Québec veut préserver la bilbiothèque St-Sulpice malgré sa mise en vente

La ministre de la Culture du Québec, Hélène David, défend la décision de son gouvernement de vendre la bibliothèque St-Sulpice. Elle affirme que ce « joyau » patrimonial demeurera « ultra-protégé ». L'ex-PDG de Bibliothèque et Archives nationales, Lise Bissonnette, accuse néanmoins le ministère d'abdiquer ses responsabilités.

En entrevue à C'est pas trop tôt, la ministre David a cherché à calmer le jeu, après que le chroniqueur urbain de La Presse, François Cardinal, eut révélé que le ministère avait cavalièrement lancé un appel d'offres dans les pages de son journal, samedi dernier, pour vendre ce terrain de 3150 mètres carrés « avec bâtisse dessus construite ».

Elle assure que l'immeuble, situé rue St-Denis, entre la rue Ontario et le boulevard Maisonneuve, sera préservé, puisqu'il s'agit d'un monument historique classé, profitant de la plus haute protection possible en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. « C'est l'ensemble de l'œuvre qui est classée, l'extérieur et l'intérieur », précise-t-elle.

« Le ministère de la Culture va devoir approuver chaque modification faite à ce bien classé. C'est très exigeant pour un acheteur », ajoute-t-elle. « Donc, ce ne sera pas n'importe quel acheteur. On ne verra pas des patins à roulettes se promener entre les tables, qui sont elles-mêmes classées à l'intérieur ».

Selon Mme David, Québec a décidé de vendre cet immeuble construit il y a 100 ans parce qu'il « ne peut pas laisser un joyau comme ça complètement inoccupé. » Elle soutient que son ministère y a investi 3 millions de dollars depuis 2007 pour le rénover, et qu'il y engloutit toujours 400 000 $ par année pour l'entretenir et le chauffer.

Hélène David indique que le ministère des Transports agit à la fois comme agent d'immeuble et notaire pour cette vente, mais que le ministère de la Culture conserve « le droit de refuser les offres qui se présentent à lui », s'il juge que le projet qui sera défendu par l'acheteur n'est pas approprié pour l'édifice. « On ne cède pas ça à n'importe qui », assure-t-elle.

La ministre affirme que tous les ministères ont été invités à soumettre des projets pour la bibliothèque St-Sulpice, mais que ceux-ci n'étaient « pas viables du tout financièrement » ont été rejetés puisqu'ils « ne venaient jamais avec une façon d'assurer un revenu ».

La vocation historique de la bibliothèque en péril

Lise Bissonnette, qui a travaillé dans ce site patrimonial avant l'ouverture de la Grande bibliothèque, déplore la décision de Québec. Mettre l'accent sur la préservation de l'aspect patrimonial de l'immeuble fait l'impasse sur sa vocation historique, dit-elle, puisque les Sulpiciens l'ont construit pour promouvoir un accès public à la lecture.

« L'immeuble de la bibliothèque St-Sulpice, c'est un des plus grands témoignages de l'histoire culturelle du Québec », a-t-elle plaidé au micro de C'est pas trop tôt. « Quelqu'un [...] pourrait tout à fait en faire un immeuble commercial en respectant le classement. »

« C'est au ministère de la Culture à regarder le problème en face, et de ne pas le voir comme un problème d'ailleurs, mais comme une occasion de créer une institution avec les milieux intéressés. Les milieux du livre le sont beaucoup évidemment », ajoute Mme Bissonnette.

Celle qui est aujourd'hui présidente du conseil d'administration de l'Université du Québec à Montréal affirme qu'elle a écrit à la ministre David l'automne dernier pour essayer de la « sensibiliser » au sort de la bibliothèque. Elle dit n'avoir reçu qu'une « réponse bureaucratique ».

Mme Bissonnette juge aussi « très étonnant », voire « assez anormal » que la vente soit gérée par le ministère des Transports du Québec, alors que cette responsabilité revient plutôt à la Société québécoise des infrastructures, selon elle.