NOUVELLES
22/05/2015 15:50 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Profits en hausse mais revenus en baisse pour Hydro-Québec au premier trimestre

MONTRÉAL - Le froid hivernal mordant, les exportations nettes et les tarifs beaucoup moins élevés pour l'achat d'électricité ont permis à Hydro-Québec de dégager des profits records pour le premier trimestre terminé le 31 mars.La société d'État a dévoilé vendredi un résultat net de 1,79 milliard $, en hausse de 2,17 pour cent par rapport à 1,75 milliard $ — ce qui avait également représenté un record — à la même période en 2014. Les revenus ont toutefois légèrement glissé d'un pour cent, pour s'établir à 4,6 milliards $.«Nous avons eu un hiver plus froid, a dit la vice-présidente, comptabilité et contrôle d'Hydro-Québec et présidente-directrice générale par intérim, Lise Croteau. On a vendu 1,4 térawattheure de plus par rapport à l'an dernier.»Cette année, c'est le mois de février qui a été le plus froid, alors qu'en 2014, la période de pointe avait été en janvier, a-t-elle aussi fait remarquer au cours d'une conférence téléphonique.Les exportations nettes — les ventes tirées des exportations moins les achats réalisés sur les marchés — ont dégagé 10 millions $ de plus au premier trimestre par rapport à la même période en 2014.Mme Croteau a fait remarquer que les achats d'électricité à court terme réalisés par Hydro-Québec Distribution, surtout lors des périodes de pointe, avaient diminué de 151 millions $, notamment grâce à des conditions de transport plus avantageuses.«L'an dernier, les prix associés à la pointe de l'hiver, associés à la congestion du transport de gaz naturel en Nouvelle-Angleterre, avaient grimpé énormément, a analysé Mme Croteau. Cette année, nous n'avons pas eu le même phénomène.»En moyenne, la société d'État a déboursé 11 cents du kilowattheure au cours de l'hiver, comparativement à 20 cents du kWh il y a un an.Les températures froides ont stimulé les produits tirés des ventes d'électricité réalisées au Québec, qui ont été de 3,99 milliards $, en progression de 263 millions $ comparativement à 2014.Par secteur, Hydro-Québec Production a vu son résultat net reculer de 0,3 pour cent, à 1,13 milliard $, alors que du côté de la distribution, les profits ont été de 527 millions $, en hausse de 16 pour cent.Les revenus tirés des exportations du secteur production à l'extérieur de la province ont reculé de 2,5 pour cent, s'établissant à 625 millions $.Quant à ses investissements, la société d'État y a consacré 618 millions $, en recul par rapport à 748 millions $ lors du premier trimestre de 2014. La majeure partie de cette somme a été consacrée à la poursuite de la construction du complexe de la Romaine, sur la Côte-Nord.Mme Croteau n'a par ailleurs pas voulu commenter la demande déposée par Hydro-Québec devant la Régie de l'énergie la semaine dernière afin d'avoir recours, en période de pointe, à la centrale thermique de TransCanada située à Bécancour.Estimant que des besoins énergétiques se feront sentir à compter de 2018, la société d'État a conclu des protocoles d'entente avec la société albertaine ainsi que Gaz Metro.«Nous avons déposé notre demande, le dossier est entre ses mains (à la Régie)», a dit Mme Croteau lorsque questionnée sur la possibilité que le tribunal administratif décide de tenir des audiences publiques sur cette demande.Depuis 2008, Hydro-Québec a versé environ 1 milliard $ à TransCanada en guise de dédommagement pour la suspension des livraisons d'électricité en raison des surplus.Mme Croteau n'a pas voulu dire si elle était confiante de voir la Régie accepter la demande d'Hydro-Québec, affirmant qu'il s'agissait d'un «domaine hypothétique».