NOUVELLES
22/05/2015 14:14 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Première vente d'une oeuvre de la collection Gurlitt chez Sotheby's en juin

La maison d'enchères Sotheby's à Londres a annoncé vendredi la mise en vente en juin d'un tableau de Max Liebermann, le premier issu de la collection retrouvée chez l'Allemand Cornelius Gurlitt, fils d'un marchand d'art controversé sous le Troisième Reich.

L'oeuvre, "Deux cavaliers à la plage", a été peinte en 1901. En vente le 24 juin, Sotheby's en attend un minimum de 350.000 livres (480.000 euros).

Elle est l'un des quelque 1.600 tableaux retrouvés dans l'appartement munichois de Cornelius Gurlitt en 2012, et dans sa villa de Salzbourg, en Autriche.

Décédé en mai 2014, il tenait son trésor de son père, Hildebrand Gurlitt, marchand d'art et Juif, selon les critères nazis, qui s'était fait la spécialité de racheter à bon prix des oeuvres à des familles juives aux abois.

De nombreuses oeuvres avaient également été décrochées des musées allemands et vendues légalement par le Reich.

L'un des héritiers légitime de "Deux cavaliers à la plage", auquel l'oeuvre a été rendue, se souvient avoir vu ce tableau pour la dernière fois le jour où son grand-oncle, David Friedmann mort en 1942, avait renoncé par écrit à ses biens en faveur des nazis. Il était accroché dans sa villa, située dans l'actuelle Pologne.

"On m'a ordonné d'attendre devant la porte de la salle où les papiers seraient signés, et c'est là que je suis resté assis un moment devant ce magnifique tableau, montrant deux cavaliers sur une plage", raconte David Toren, cité par la maison d'enchères dans un communiqué.

"C'était le lendemain de la Nuit de Cristal, le 9 novembre 1938", dit encore M. Toren, dont les deux parents sont morts en camp de concentration, à Auschwitz. Lui a fui l'Allemagne et a grandi en Suède. Il vit aujourd'hui à New York.

L'oeuvre a été vendue en 1942 par les autorités nazies à Hildebrand Gurlitt.

Une autre oeuvre de la collection Gurlitt a été restituée mi-mai aux héritiers du collectionneur d'art juif français Paul Rosenberg. Il s'agit de "Femme assise" de Matisse.

Un accord de restitution a également été trouvé pour "La Seine vue du Pont-Neuf, au fond le Louvre", de Camille Pissarro.

Au total, un accord avait été conclu par Gurlitt avant sa mort en 2014 avec l'Etat allemand concernant 590 oeuvres environ, pour lesquelles les descendants des anciens propriétaires spoliés avaient un an pour se faire connaître et valoir leurs droits.

Il a légué l'essentiel de sa collection qui comprend des Picasso, Monet ou Chagall, au Musée des Beaux-Arts de Berne.

dt-oaa/eg/gg

SOTHEBY'S