NOUVELLES
22/05/2015 02:31 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Oublier les violences en Libye, le temps d'une course auto

Dans un vrombissement, de jeunes Libyens à bord de 4x4 s'élancent vers la crête de la dune, oubliant pour quelques heures les violences qui plombent leur quotidien.

De nombreux spectateurs enthousiastes sont venus voir la course sur la plage de Qarabuli, à une soixantaine de km à l'est de Tripoli, un spectacle insolite dans un pays en proie au chaos.

"Ce lieu est un point de rencontre pour les jeunes libyens qui viennent de plusieurs villes chaque vendredi. C'est une belle image qui fait renaître l'espoir de voir le sport résoudre les différends", explique Ahmed Abdelkader Atiga, un des organisateurs.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie aux violences et plongée dans une crise politique. Le pays est aujourd'hui doté de deux Parlements et gouvernements rivaux. L'un, à Tripoli, est sous la coupe de milices, et l'autre, installé dans l'est du pays, est reconnu par la communauté internationale.

Les combats opposant les deux camps ont fait depuis octobre dernier plus de 3.000 morts selon les chiffres de Libya Body Count, un organisme indépendant qui se fonde sur différentes sources, notamment médicales.

Du temps de Kadhafi, les véhicules tout-terrain étaient interdits pour les particuliers, explique M. Atiga. Le régime accordait cependant des dérogations pour les membres des services de sécurité et quelques organismes du gouvernement.

"Après les évènements de 2011 (la révolte qui a renversé le régime, ndlr), le marché a été ouvert à tout le monde. Et les jeunes ont commencé à acheter les 4x4, ce qui nous a encouragés à organiser cette compétition", poursuit-il.

- Unis autour d'une passion -

Et depuis, précise t-il, des courses réunissant des Libyens de tout bord sont organisées chaque vendredi sous le regard de centaines de spectateurs venus les acclamer.

Des dizaines de pilotes à bord de 4x4 arborent des drapeaux libyens ou des affiches sur lesquelles est écrit "Jeunes de Libye" ou "Le roi du volant".

Vrombissements de moteurs, crissements de pneus, coups de volants et sable qui s'envole. Peu avant le coucher du soleil, le coup d'envoi de la course est donné. Des voitures oranges, rouges, jaunes démarrent en trombe et tentent d'atteindre le sommet de la dune, sous les applaudissements de l'assistance.

Certains échouent et refont des essais sous les encouragements du public, d'autres abandonnent.

Plutôt que le temps mis pour arriver en haut, c'est le style qui prime ainsi que l'habilité à manoeuvrer pour atteindre le sommet.

"Nous faisons une halte à la plage avant de venir ici voir la compétition et encourager ces jeunes", explique Mohamed, un dentiste qui assiste depuis deux ans à ces courses.

La compétition se termine au bout de deux heures par une sorte de rallye sur 3 km longeant la mer avec la participation de tous les concurrents.

"Ce rendez-vous hebdomadaire donne une image différente de ce que les télévisions rapportent sur la situation en Libye", se réjouit M. Atiga.

"C'est cette Libye sans tensions, de coexistence et de joie qui doit être montrée", estime-t-il.

mah/hj/vl