NOUVELLES
22/05/2015 17:04 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Obama défend les négociations avec l'Iran devant des juifs américains

Le président Barack Obama défendu jeudi, lors d'une allocution dans une synagogue à Washington, le bien-fondé des négociations en cours avec l'Iran sur son programme nucléaire, et réaffirmé son soutien à Israël au-delà des différends politiques.

"Je n'accepterai pas un mauvais accord", a martelé M. Obama devant la congrégation Adas Israel, insistant sur son attachement à un accord "qui rende le monde et la région, Israël inclus, plus sûrs".

La conclusion début avril d'un accord-cadre entre l'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) a ouvert la voie à un accord final pour résoudre le dossier du nucléaire d'ici au 30 juin.

"Je ne peux vous garantir, ici, aujourd'hui, que nous obtiendrons un accord. Mais nous sommes optimistes, nous travaillons dur pour y parvenir", a poursuivi M. Obama.

Faisant allusion aux vives tensions nées des propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pendant la campagne électorale de mars, M. Obama a souligné que des désaccords politiques ne remettaient pas en cause la solidité des liens entre les deux pays alliés.

"Le peuple israélien doit savoir qu'il a le soutien de l'Amérique et qu'il l'aura toujours", a-t-il lancé sous des applaudissements nourris.

"Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas des désaccords de temps en temps entre nos deux gouvernements", a-t-il ajouté, évoquant notamment des divergences de vue sur le nucléaire iranien ou la construction de logements dans les territoires occupés ou annexés par Israël.

"Mais quand j'entends certains dire que les désaccords politiques traduisent un manque de soutien à Israël, je m'inscris en faux", a-t-il poursuivi.

A la veille du scrutin dont il est sorti vainqueur, M. Netanyahu avait enterré l'idée d'un Etat palestinien avant de revenir sur ses propos une fois la victoire en poche. M. Obama avait publiquement exprimé son désaccord et l'exécutif américain avait promis de réévaluer sa position vis-à-vis d'Israël à l'ONU.

jca/bdx