NOUVELLES
22/05/2015 08:14 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Moscou cherche à obtenir la libération des Russes capturés par Kiev (Kremlin)

La Russie prend toutes les mesures nécessaires pour obtenir la libération de deux citoyens russes capturés par les forces ukrainiennes qui affirme qu'il s'agit de soldats d'active de l'armée russe, a indiqué vendredi le Kremlin.

"Ce sont des citoyens russes qui sont en captivité (...) Naturellement, dans un cas pareil, la partie russe prend toutes les mesures nécessaires pour obtenir leur libération", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence officielle TASS.

L'Ukraine avait annoncé dimanche la capture des deux Russes, blessés dans des combats avec les forces ukrainiennes dans l'Est, affirmant qu'ils appartenaient à l'armée russe.

Les autorités ukrainiennes avaient exhibé devant la presse les deux jeunes hommes mardi, les présentant comme des soldats des forces spéciales au sein de la Direction du renseignement militaire de l'armée russe (GRU), avant de les inculper d'"activités terroristes".

Le ministère russe de la Défense avait catégoriquement démenti leur appartenance aux troupes d'active, assurant qu'ils "ne faisaient plus partie des forces armées russes au moment de leur capture" et suggérant qu'ils pourraient avoir fait l'objet de "tortures" pour confirmer les accusations ukrainiennes.

Les deux Russes ont cependant reconnu être des membres des forces armées russes en mission de reconnaissance, a annoncé pour sa part jeudi l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"Qu'ils soient des soldats d'active ou non (...), la Russie ne doit pas abandonner ses citoyens", a déclaré Vladimir Komoïedov, président de la commission pour la défense à la Douma (chambre basse du parlement), cité par l'agence Interfax.

L'ambassade de Russie en Ukraine s'est pourtant vu jusqu'ici refuser l'accès aux deux Russes, a indiqué vendredi une porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, à la radio Echo de Moscou.

"Nous devons demander à Kiev de manière plus ferme de faire revenir nos gars dans leur patrie, en fixant une date limite", a estimé pour sa part Franz Klintsevitch, député du parti au pouvoir Russie Unie, cité par l'agence TASS.

Kiev et l'Occident accusent la Russie d'armer les rebelles et d'avoir déployé ses troupes dans la zone du conflit. Moscou, de son côté, nie farouchement ces accusations, ne concédant que la présence de "volontaires" russes partis de leur propre gré soutenir les combattants séparatistes.

am/mp/nm/ial/