NOUVELLES
22/05/2015 13:38 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Michael Fassbender est à Cannes pour présenter le «Macbeth» d'un Australien

CANNES, France - Michael Fassbender ignore si la superstition entourant la pièce «Macbeth» est aussi valide pour les adaptations au cinéma, mais il préfère ne pas tenter le mauvais sort.Il préfère parler du «film écossais» — comme les acteurs de théâtre disent «la pièce écossaise» — en discutant de l'adaptation de la célèbre pièce de Shakespeare réalisée cette fois par l'Australien Justin Kurzel (après Welles et Polanski, notamment), et mettant en vedette Marion Cotillard dans le rôle de Lady Macbeth. Le film doit être présenté en première samedi au Festival de Cannes — le dernier film de la compétition officielle.Les jurés du prestigieux festival — dont Xavier Dolan et les frères Coen — dévoileront leur palmarès dimanche.Les acteurs de théâtre soutiennent que le fait de prononcer le mot «Macbeth» apporte son lot de malheurs à la production. Les personnages principaux sont même appelés «M» et «Lady M», pour éviter de s'attirer les foudres du destin.«Parfois, je le dis ("Macbeth"), parfois non — ça dépend des jours», admet en entrevue l'acteur irlandais d'origine allemande («12 Years a Slave», «Shame», les «X-Men»).Bien que jouer son Shakespeare soit un rite de passage pour un jeune acteur en Grande-Bretagne, Fassbender ne cultivait pas cette ambition particulière — de fait, il s'agira de sa première fréquentation avec le grand Will. Mais il connaît quand même son Shakespeare: il apprécie particulièrement le personnage de Iago dans «Othello», et sa pièce préférée du dramaturge anglais est justement «Macbeth».«Je n'en rêvais pas spécialement, mais lorsque l'occasion s'est offerte à moi, je me suis dit que je ne pouvais pas la refuser», a expliqué l'acteur de «Hunger» et de «Inglourious Basterds».«J'ai l'impression que je ne me suis jamais senti à l'aise (avec "la pièce écossaise"), mais j'ai toujours cru que je pourrais y trouver quelque-chose qui me rejoigne.»Si Fassbender a pu rencontrer quelques difficultés avec «Macbeth», il admire la «bravoure» de Marion Cotillard, une Française qui a accepté de se frotter à cette aventure si anglo-saxonne.Aucune date n'a été annoncée pour la sortie nord-américaine de «Macbeth», mais le producteur Weinstein parle de l'automne prochain.