NOUVELLES
22/05/2015 12:45 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Le FRAPRU érige un nouveau Camp pour le droit au logement à Montréal

MONTRÉAL - Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a érigé un nouveau Camp pour le droit au logement, vendredi avant-midi à Montréal, choisissant cette fois une propriété provinciale où le règlement municipal interdisant le camping dans les parcs ne s'applique pas.La centaine de campeurs du FRAPRU ont en effet planté leurs tentes sur le terrain de l'ancienne Agence de santé et des services sociaux de Montréal, sur la rue Saint-Denis à l'angle de l'avenue des Pins.Jeudi, ils n'avaient pas même eu le temps de terminer leur installation dans le parc situé immédiatement à côté du quartier général du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) qu'ils étaient chassés par les policiers montréalais.Le démantèlement avait donné lieu à des échanges verbaux et quelques empoignades, qui avaient mené à trois arrestations pour entrave au travail des policiers.Vendredi, toutefois, même si l'érection du camp s'est faite sous l'oeil attentif des policiers, ceux-ci ne sont pas intervenus. Une intervention ne serait indiquée que si le SPVM recevait une plainte de ce qui est maintenant le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux du centre-est de l'Île de Montréal (CIUSSS), ce qui n'était toujours pas le cas en mi-journée.Le FRAPRU veut ainsi sensibiliser le grand public aux problèmes de logement, la pénurie de logements sociaux et l'itinérance et faire pression sur les gouvernements provincial et fédéral, qui ont tous deux réduit le financement du logement social.L'organisme reproche à Québec d'avoir fait passer de 3000 à 1500 le nombre de nouveaux logements sociaux dans le dernier budget et à Ottawa de réduire progressivement les sommes consacrées au logement social qui seront complètement éliminées au cours des prochaines années.Le FRAPRU souligne que ces décisions n'auront d'autre effet que d'augmenter les loyers pour les plus démunis et d'aggraver la pénurie de logements abordables.