NOUVELLES
22/05/2015 09:01 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

L'État islamique prend une ville près de Ramadi et terrorise Palmyre

BAGDAD - Une nouvelle ville est tombée sous le contrôle des combattants du groupe extrémiste État islamique (ÉI) dans la province irakienne d'Anbar, moins d'une semaine après la prise de Ramadi, alors qu'en Syrie voisine, le groupe a tué des dizaines de soldats gouvernementaux dans la ville ancienne de Palmyre.Les militants ont tué ou capturé des dizaines de personnes à Palmyre, deux jours après avoir assiégé la ville, qui abrite un des sites archéologiques les plus célèbres du Moyen-Orient.Un activiste basé à Homs, Bebars al-Talawy, et une page Facebook d'opposition ont affirmé que 280 soldats avaient été tués à Palmyre depuis mercredi.D'après M. al-Talawy, les combattants ont utilisé des porte-voix pour décourager les résidents d'accueillir des soldats, ce qui en a mené plusieurs à leur donner de l'information sur les forces qui s'étaient mêlées à la population.Selon le directeur du département des Musées et des Antiquités à Damas, Maamoun Abdulkarim, aucun combattant n'a encore été vu autour des ruines de la cité antique de Palmyre.L'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, basé à Londres, rapporte quant à lui que le groupe État islamique a tué 17 hommes à Palmyre. Il a également des rapports non confirmés de dizaines d'autres morts.Le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi, a affirmé que les militants avaient enlevé des hommes et qu'ils pourraient avoir «commis des massacres».En Irak, par ailleurs, la petite ville de Husseiba est tombée aux mains de l'ÉI au cours de la nuit, après que la police et des combattants tribaux ont battu en retraite, à court de munitions.Cette ville est située à environ sept kilomètres à l'est de Ramadi, où les militants de l'ÉI ont repoussé les forces irakiennes le week-end dernier. Il s'agissait de leur gain le plus important en près d'un an.Le cheikh Rafie al-Fahdawi craint qu'avec la chute de Husseiba, les militants se rapprochent dangereusement de la base militaire stratégique de Habbaniyah, à environ cinq kilomètres.La veille, les militants ont capturé le côté irakien d'un poste frontalier avec la Syrie, après que les forces du gouvernement se sont retirées. Le poste d'al-Walid sera utile aux militants pour traverser des armes et des renforts de chaque côté de la frontière irako-syrienne.