NOUVELLES
22/05/2015 08:38 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

L'armée irakienne a dégagé une route vers la cruciale raffinerie de Baïji (USA)

Les forces de sécurité irakiennes, soutenues par la coalition internationale, sont parvenues à dégager une route menant à la raffinerie de Baïji, la plus importante d'Irak, au coeur d'une intense bataille avec le groupe Etat islamique (EI).

"Au cours des 72 dernières heures, nous avons vu les (forces de sécurité irakiennes) faire des progrès constants et modérés pour regagner une partie des zones menant à la raffinerie de pétrole de Baïji malgré une forte résistance de Daesh", acronyme arabe de l'EI, a indiqué vendredi dans un communiqué le général américain Thomas Weidley, chef d'état-major du CJTF, le commandement qui dirige les frappes aériennes de la coalition contre l'EI.

"Malgré la région isolée dans laquelle les forces de sécurité irakiennes opèrent et la menace constante de Daesh, créer une route sûre vers la raffinerie va permettre aux approvisionnements et aux renforts d'arriver", a-t-il poursuivi, ajoutant que cela les aiderait ensuite à "dégager et à sécuriser les zones disputées dans et autour de la raffinerie".

Selon le communiqué du CJTF, du renfort et des approvisionnements étaient en cours d'acheminement au sol tandis que la coalition internationale menée par les Etats-Unis assure un soutien au moyen notamment de frappes aériennes, de vols de reconnaissance et de conseils et assistance.

La semaine dernière, le général Weidley avait expliqué que les combattants de l'EI mettaient "une pression continue, et parfois forte" sur les forces irakiennes défendant la raffinerie de Baïji, située à 200 kilomètres au nord de Bagdad.

Selon lui, les jihadistes avaient pris le contrôle de certaines parties de ce site immense, et les forces irakiennes étaient ravitaillées par voie aérienne.

L'EI a lancé début mai une nouvelle offensive contre la raffinerie, qui avait été assiégée pendant quatre mois avant que le siège ne soit brisé en novembre 2014 par l'armée irakienne, soutenue par des raids de la coalition internationale. Le groupe jihadiste était reparti à l'assaut de nouveau en avril.

elm/cls