NOUVELLES
22/05/2015 09:31 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Inquiétude à l'ONU à propos du questionnaire hongrois sur les migrants

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme s'est déclaré inquiet vendredi à propos d'un questionnaire sur l'immigration et le terrorisme qui a été envoyé la semaine dernière par le gouvernement hongrois à tous les ressortissants du pays âgés de plus de 18 ans.

"Nous sommes choqués par le message d'introduction du Premier ministre, suggérant un lien entre migration et attaques terroristes, y compris l'attaque qui a eu lieu à Paris début janvier de cette année", a indiqué une porte-parole du Haut-commissariat lors d'un briefing à Genève.

Selon le Haut-commissariat, le message de M. Viktor Orban indique également que les migrants économiques représentent "une nouvelle menace" pour la Hongrie, et que le pays doit décider comment "se défendre contre les immigrants illégaux", a ajouté la porte-parole.

Le Haut commissariat pour les Droits de l'Homme "rappelle aux autorités hongroises qu'elles ont le devoir au titre du droit international humanitaire de combattre la xénophobie et la discrimination".

Les politiques de migration doivent avoir pour fondement que "tous les migrants, quelque soit leur statut légal, la façon dont ils sont arrivés à la frontière ou leur lieu d'origine, sont en droit de jouir de leurs droits humains, en conformité avec le droit international", a indiqué encore la porte-parole.

Le Haut-commissariat s'est également déclaré "très inquiet" par les récents appels du Premier ministre hongrois à ouvrir un débat sur un possible rétablissement de la peine de mort.

"Toute tentative de rétablir la peine de mort en Hongrie serait un terrible revers dans la lutte globale contre la peine capitale", a-t-elle conclu.

mnb/nl/ial/