NOUVELLES
22/05/2015 07:42 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

GB: la communauté scientifique s'inquiète d'un éventuel "Brexit"

Après les entreprises et les banques, la communauté scientifique britannique s'inquiète à son tour vendredi d'une possible sortie britannique de l'Union européenne en évoquant une menace pour la recherche.

Dans une lettre au quotidien The Times, un groupe de scientifiques éminents estime que "le public ne sait pas suffisamment à quel point l'Union européenne représente une bénédiction pour la science britannique et l'innovation".

"La communauté scientifique travaille en étroite collaboration avec l'UE et cela de manière très positive (...) Notre point de vue est partagé par des milliers de chercheurs qui ont rapidement adhéré à la campagne +Scientists for EU+ sur les réseaux sociaux", écrivent les signataires de la lettre, parmi lesquels le biochimiste Paul Nurse, prix Nobel de physiologie ou médecine en 2001, et le professeur d'astronomie Martin Rees.

Ce dernier a qualifié de "désastre" la perspective d'un "Brexit" au moment où la recherche européenne commence tout juste à rivaliser avec celles des Etats-Unis.

Ils appellent Jo Johnson, le nouveau secrétaire d'Etat pour les Universités et la Science, à exprimer "avec force" son soutien à un maintien du Royaume-Uni dans l'UE.

Fraîchement réélu, le Premier ministre conservateur David Cameron a promis un référendum sur la question d'ici à la fin 2017 au plus tard. Il a commencé vendredi à Riga une tournée pour rencontrer ses partenaires européens afin de renégocier les termes de l'appartenance de son pays à l'UE.

Cette semaine, plusieurs grandes entreprises ont tiré la sonnette d'alarme face à une possible sortie du Royaume-Uni. Le géant aéronautique Airbus, la Confédération des industries britanniques (CBI), le constructeur japonais Nissan ou encore la Deutsche Bank ont tous exprimé leurs inquiétudes et réserves.

Un tir groupé qui fait dire au député conservateur eurosceptique Michael Fabricant que le lobby pro-européen a "déjà commencé sa campagne". "Nous les eurosceptiques devons nous mettre en ordre de bataille", a écrit ce partisan d'une sortie de l'UE dans une tribune pour le Daily Telegraph.

L'opinion publique semble pour l'instant favorable au maintien dans l'UE. Selon un sondage YouGov réalisé au lendemain des élections, 45% des Britanniques voteraient pour rester, contre 36% qui préféreraient le "Brexit".

jk/dh/cmr

AIRBUS GROUP

NISSAN MOTOR

DEUTSCHE BANK