NOUVELLES
22/05/2015 02:28 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Commentaires misogynes à Dalhousie : les étudiants pourront recevoir leur diplôme

Le rapport définitif sur les commentaires misogynes exprimés par des étudiants de l'Université Dalhousie d'Halifax sur Facebook conclut que les étudiants en question se sont amendés et pourront recevoir leur diplôme.

Le rapport conclut que les 12 étudiants en sciences dentaires qui ont participé à un processus de justice réparatrice ont reconnu leurs torts et ont fait preuve du professionnalisme nécessaire pour obtenir leur diplôme.

Douze des 13 étudiants qui avaient écrit des commentaires dégradants au sujet des femmes sur une page Facebook ont participé au processus. Quatorze femmes, dont certaines avaient été la cible des commentaires, ont aussi participé à l'exercice.

La Faculté des sciences dentaires a entamé des démarches pour empêcher qu'une telle affaire ne se reproduise, selon le recteur Richard Florizone. Elle mettra à jour son code de conduite des étudiants, son manuel de politiques universitaire et révisera les activités de la semaine d'orientation, au début de l'année universitaire.

Un exercice de rapprochement au début

Le rapport de 70 pages fait la genèse du scandale. Les étudiants de 4e année en sciences dentaires ont créé une page Facebook intitulée Class of 2015 DDS Gentleman's Club, au début, dans un esprit de camaraderie. Mais rapidement, cette page est devenue une tribune où exprimer des frustrations, de façon « extrêmement offensante » parfois.

Par exemple, dans un des commentaires sur la page Facebook, un participant demandait à ses confrères avec qui ils aimeraient avoir des relations sexuelles violentes. Deux noms d'étudiantes étaient soumis.

D'autre part, une certaine rivalité s'est développée entre les membres du groupe. C'était à qui exprimerait les commentaires les plus primaires et les plus choquants. Leurs commentaires reflétaient un climat malsain plus généralisé au sein de la Faculté de dentisterie, selon les auteurs du rapport.

Les auteurs concluent que les étudiants fautifs ont « accepté la responsabilité de leurs actions, ont traversé un long processus d'apprentissage et se sont engagés à observer des normes de conduite plus élevées à l'avenir ».

Des pistes d'action

Le rapport note que plus de 80 personnes ont participé à une journée de réflexion vers la fin du processus de justice réparatrice pour réfléchir à des façons de rendre plus ouverte et plus respectueuse la culture de la Faculté de dentisterie, de l'Université Dalhousie et même de la profession de dentiste.

Ils ont identifié des aspects sur lesquels il faudra travailler, comme la façon de rapporter les problèmes et le processus de résolution des conflits. Les participants ont aussi identifié des facteurs au sein du programme de dentisterie qui ont contribué à un climat compétitif et stressant pour les étudiants. Ils ont convenu d'agir sur ces aspects, et aussi de travailler à la création d'un esprit de camaraderie plus large, qui engloberait tous les étudiants et leurs professeurs.