NOUVELLES
22/05/2015 09:09 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Avortements au N.-B.: un accès limité à cause de craintes liées à la sécurité

Le réseau de santé Horizon a limité le service d'avortement au N.-B. à un seul de ses établissements, l'hôpital de Moncton, notamment à cause des coûts liés à la sécurité des patientes et de son personnel. C'est ce qu'indiquent des courriels internes dont le quotidien Globe and Mail a obtenu copie.

Les mêmes courriels révèlent que le PDG du réseau Horizon, John McGarry évaluait la demande trop faible pour ouvrir offrir le service à Saint-Jean et à Fredericton. Il exprime aussi des craintes à propos de la réaction de la communauté catholique de Saint-Jean.

Au lendemain de leur victoire électorale, les libéraux ont aboli la règle voulant que l'intervention doive d'abord être autorisée par deux médecins.

Malgré ces changements, l'accès à l'avortement reste limité dans la province. Comme la clinique Morgentaler a fermé ses portes au printemps 2014, les interruptions volontaires de grossesse se font uniquement en milieu hospitalier. À part l'hôpital de Moncton, les avortements sont pratiqués dans deux hôpitaux du réseau francophone Vitalité.

Une volonté intitiale d'offrir le service plus largement

En novembre 2014, John McGarry, a sondé ses établissements hospitaliers pour savoir lequel serait prêt à accueillir une clinique d'avortement.

L'hôpital de Miramichi a décliné immédiatement sans fournir plus d'explications.

L'hôpital de Saint-Jean avait des craintes en ce qui concerne la sécurité de son personnel et de ses patientes. Ils pourraient faire l'objet de menaces et d'agressions de la part de militants pro-vie, écrivait-on.

Malgré ces inquiétudes, l'hôpital de Saint-Jean est allé de l'avant en établissant un budget et en fournissant des plans préliminaires pour ce qui se serait appelé « Clinique pour les complications en début de grossesse ». Les médecins de Fredericton ont aussi répondu à l'appel.

Tout a basculé lors d'une réunion au début du mois de janvier 2015. John McGarry a chiffré les coûts liés à la sécurité à plus de 800 000 $ et à Saint-Jean, et à Fredericton. Selon John McGarry, la demande actuelle pour les avortements ne justifiait pas une telle somme.

Deux jours plus tard, dans un courriel adressé à la directrice générale du réseau Horizon pour la région de Saint-Jean, John McGarry a exprimé des inquiétudes quant à la réaction de la communauté irlandaise catholique.

Finalement, seul l'hôpital de Moncton offrira le service, pour le réseau Horizon. Conséquence: certaines patientes anglophones devront conduire plus de trois heures pour avoir un avortement. Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick dénonce ce qu'il qualifie d'acte politique de la part du Réseau de santé Horizon.