DIVERTISSEMENT
19/05/2015 04:28 EDT | Actualisé 20/05/2015 10:12 EDT

«Tu iras la chercher» au FTA: Entretien avec Guillaume Corbeil (ENTREVUE/VIDÉO)

La pièce Tu iras la chercher de Guillaume Corbeil a toute une histoire derrière elle. D'abord un texte pour Sophie Cadieux - qui a eu l'idée de le faire interpréter par quatre actrices afin d'obtenir des points de vue différents, pour ensuite confier le rôle à Marie-France Lambert et signer sa première mise en scène lors de sa résidence à l'Espace Go en 2014 - la pièce est passée par tout un processus de création. Du 25 au 30 mai, c'est au Festival TransAmériques (FTA) que sera présentée cette oeuvre riche sur l'identité. Entrevue avec l'auteur.

Pour cette nouvelle série de représentations, Tu iras la chercher demeure cette fois la même. Une femme - toujours interprétée par Marie-France Lambert - qui se cherche et qui a envie de tout quitter. Ce départ spontané - sans avertir persone - la mènera dans des recoins surprenants, troublants. Pourquoi participer au FTA? «On veut profiter du festival pour montrer la pièce et qui sait, peut-être avoir la chance de la présenter en Europe!»

Une avenue intéressante, et même souhaitable, pour un monologue vraiment mis en valeur par son interprète selon l'auteur. «Je la trouve fabuleuse. Elle a la capacité d'être très magnétique. Le spectacle ne tient pas à grand chose: pourtant, Marie-France réussit à captiver le public. C'est presque irrationnel. Elle a réussi, avec Sophie, à trouver le bon chemin.»

Un chemin que Corbeil a laissé Cadieux explorer de fond en comble pour sa première mise en scène. «C'est une super collaboration. Entre la version initiale, que je lui ai envoyé sur Facebook un bon soir, et celle qui sera présentée au FTA, on a un monde! (Rires) Elle n'hésite pas à remettre en question mes décisions. Elle peut me dire qu'elle comprend intellectuellement certaines de mes pistes, mais qu'elle trouve qu'on perd de l'émotion... Elle me comprend vraiment bien. Sophie est une collaboratrice importante. C'est certain qu'on se promet de travailler à nouveau ensemble.»

Et après? Unité modèle

Un thème reste dans le travail de Corbeil: l'identité. Que l'identité soit cherchée, éclatée, elle reste, comme un mystère à percer. Après Cinq visages pour Camille Brunelle et Tu iras la chercher, l'auteur affirme arriver à la fin d'une trilogie avec Unité modèle, qui sera présentée du 12 avril au 7 mai 2016 au Centre du Théâtre d'Ajourd'hui.

Dans cette pièce qui aborde la gentrification et l'embourgeoisement, Corbeil touche un malaise qu'il a souvent ressenti en visitant de nouveaux quartiers, que ce soit en ville ou en banlieue. «Ça m'a pris un bon bout de temps avant d'identifier précisément ce qui me dérange dans ces quartiers.» Dans Unité modèle, l'auteur fonce sans hésiter dans ce sentiment qu'il a souvent ressenti: «Ça se passe presque plus dans les posters de ces endroits. J'ai l'impression que c'est la vie proposée, le décor de vie, qui me met très mal à l'aise.»

La pièce, qui met en vedette Anne-Élisabeth Bossé et Patrice Robitaille, est très à propos en ces temps où les condos se répandent comme de la mauvaise herbe à tous les coins de rue. À voir le printemps prochain. Mais d'ici là, ne manquez pas votre chance de (re)voir Tu iras la chercher!

Tu iras la chercher, du 25 au 30 mai à l'Espace Go dans le cadre du Festival TransAmériques, qui se tiendra du 21 mai au 4 juin.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 25 pièces de théâtre à voir en 2015 Voyez les images