POLITIQUE
20/05/2015 09:03 EDT

Réduction de GES: Ottawa ne pense pas atteindre ses objectifs

Radio-Canada

Le Canada s'avérera incapable d'atteindre ses toutes nouvelles cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES) si rien n'est fait pour diminuer les émissions produites par l'exploitation des sables bitumineux.

C'est ce que révèle un avis d'experts que le gouvernement fédéral avait en main avant même d'annoncer sa nouvelle stratégie pour combattre les changements climatiques la semaine dernière. Le document, portant la mention « secret », révèle que les émissions de GES augmenteront plus rapidement que la capacité du pays à réduire l'ensemble de ses émissions.

Les cibles fixées par le gouvernement fédéral consistent à réduire les émissions canadiennes de GES de 30 % - par rapport aux émissions de 2005 - d'ici 2030. Les cibles canadiennes, qui sont attendues dans le cadre des négociations d'un nouvel accord sur les changements climatiques, doivent être soumises au sommet du G7, en juin prochain. Elles seront ensuite présentées à la Conférence sur les changements climatiques de l'ONU.

Vers l'achat de crédits d'émissions

Le document remis au cabinet fédéral suggère au gouvernement de tenter de renégocier le nouveau plan Panaméricain de réduction de GES.

La ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a indiqué, lors de la présentation des cibles, que le Canada atteindrait ses cibles en adoptant des mesures pour réduire les fuites de méthane des pipelines et du secteur industriel, tout en diminuant les émissions de l'industrie chimique, des fertilisants et du gaz naturel. Ces mesures placent le Canada au diapason du gouvernement américain dans ces mêmes secteurs.

Toutefois, le plan canadien ne précise pas comment le pays parviendra à réduire les émissions de dioxyde de carbone produites par l'industrie des sables bitumineux, une industrie dont les émissions de GES augmentent le plus rapidement au Canada.

Une note de service du cabinet souligne le défi que représente la réduction des GES dans l'industrie des sables bitumineux. Le document propose d'ailleurs d'acheter des crédits internationaux d'émission de GES afin de « faire contrepoids à l'augmentation des émissions produites par l'industrie des sables bitumineux ».

Les crédits d'émissions pourraient inclure des investissements dans des projets verts dans des pays en développement.

En vertu de l'accord de Lima, conclu au Pérou en décembre dernier, les engagements des différents pays en matière de lutte contre le réchauffement climatique seront compilés dans un rapport qui sera établi au plus tard le 1er novembre 2015, cela afin d'évaluer leurs effets combinés pour freiner la hausse des températures.

La compilation de ces engagements servira à constituer une base en prévision d'un futur traité à conclure lors du sommet sur le climat prévu à Paris en décembre prochain.