NOUVELLES
19/05/2015 13:15 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Washington se porte au secours des abeilles et papillons

WASHINGTON - Le gouvernement américain a annoncé cette semaine une série de mesures pour venir au secours des populations d'abeilles et de papillons monarques.Il entend notamment agrandir la superficie des terres fédérales qui sont propices aux abeilles, consacrer plus d'argent à la recherche et possiblement réduire son recours aux pesticides.Les scientifiques préviennent que les populations d'abeilles ont été décimées par une combinaison de problèmes de nutrition, de maladies, de parasites et de pesticides.Une étude publiée récemment a constaté que les apiculteurs américains ont perdu 40 pour cent de leurs colonies l'an dernier, mais qu'ils ont pu survivre en séparant les ruches restantes.Un conseiller scientifique du gouvernement américain a ajouté que les populations de monarques qui hivernent au Mexique sont en déclin de 90 pour cent et plus depuis 20 ans. Les États-Unis collaboreront donc avec le Mexique pour élargir l'habitat des papillons dans le sud du pays.Le projet américain prévoit la restauration de 7 millions d'acres d'habitat pour les abeilles au cours des cinq prochaines années. De nombreuses agences fédérales devront commencer à cultiver sur les terres fédérales une plus grande variété de plantes, puisque la monoculture nuit à la nutrition des abeilles.Les agences fédérales devront aussi considérer l'impact sur les populations d'abeilles des projets qu'elles financent.Washington espère consacrer 82,5 millions $ US à la recherche sur les abeilles au cours du prochain exercice, contre seulement 34 millions $ US au cours du dernier.L'Agence de protection de l'environnement accélérera de son côté les études sur l'innocuité des néonicotinoïdes, un type de pesticide qui fait l'objet d'un interdit temporaire en Europe.