NOUVELLES
19/05/2015 13:34 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Uruguay : les ex-détenus de Guantanamo mettent fin à leur protestation

Les anciens détenus de Guantanamo accueillis en Uruguay, qui campaient depuis trois semaines devant l'ambassade américaine, ont mis fin à leur protestation après un accord avec le gouvernement local sur leurs conditions de vie, ont indiqué mardi des sources officielles.

Cinq des six ex-prisonniers, arrivés en décembre à Montevideo avec le statut de réfugiés, ont signé cet accord qui prévoit une aide économique de 560 dollars par mois, la location d'un logement, une assistance médicale et un soutien pour apprendre l'espagnol et intégrer le monde du travail, a expliqué à l'AFP Christian Mirza, représentant du gouvernement uruguayen dans ce dossier.

Ces conditions sont identiques à celles dont ils bénéficiaient jusque-là, mais cette fois-ci elles sont fixées par écrit, pour une durée d'un an renouvelable.

Le sixième, le Syrien Jihad Diyab, n'a pas signé, prévoyant de quitter bientôt le pays.

Les six hommes ont passé treize ans dans la prison américaine de Guantanamo, à Cuba, sans jugement.

Vivant à Montevideo, ils ont déjà témoigné de leurs difficultés d'adaptation, tant en raison de la langue que du coût de la vie et de leur longue incarcération.

Le 24 avril, quatre d'entre eux, les Syriens Ali Hussein Shaaban, 33 ans, Abdelhadi Omar Faraj, 39 ans, et Ahmed Ahjam, 38 ans, ainsi que le Tunisien Adel Ben Mohammed El Ouerghi, 49 ans, avaient commencé à camper devant l'ambassade américaine, pour réclamer une indemnisation des Etats-Unis après leurs années de captivité.

Ils n'avaient pas obtenu gain de cause et s'étaient retournés vers le gouvernement uruguayen, poursuivant toutefois leur campement devant l'ambassade.

Lundi soir, ils ont arrêté leur protestation et sont rentrés à la maison qu'un syndicat local a mis à leur disposition depuis décembre, avant d'analyser mardi matin, pendant trois heures, l'accord du gouvernement avec leurs avocats.

Interrogé par l'AFP, Abdelhadi Omar Faraj a assuré que les ex-détenus sont satisfaits de l'accord.

Le Palestinien Mohammed Tahanmatan, 35 ans, qui n'a pas participé à la protestation, avait accepté l'accord il y a plus d'un mois.

L'Uruguay, qui avait été le premier pays d'Amérique du Sud à accueillir d'anciens détenus de Guantanamo, a d'ores et déjà indiqué qu'il ne recevrait pas d'autres prisonniers de cette base américaine.

pr/mr/ja/ka/ial/