NOUVELLES
19/05/2015 13:15 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Une journée à Cannes: Valérie Donzelli déroute, Denis Villeneuve en guerre

Voici les femmes, les hommes, les films et événements, qui ont marqué la 7e journée du Festival de Cannes 2015, mardi:

Les femmes

- Valérie Donzelli: quatre ans après son film autobiographique "La Guerre est déclarée", la cinéaste française est en compétition à Cannes avec "Marguerite et Julien", récit d'un amour incestueux entre un frère et une soeur qui a dérouté les festivaliers. Le film est parsemé de ralentis ou d'arrêts sur images qui lui donnent parfois un ton décalé, à la frontière du comique.

- Deniz Gamze Ergüven: la réalisatrice turque, l'une des révélations du Festival de Cannes, a présenté mardi son premier film "Mustang" avec lequel elle a voulu "raconter ce que c'est d'être une femme" dans son pays. Projeté à la Quinzaine des réalisateurs, section parallèle du festival, "Mustang" évoque l'histoire de cinq soeurs drôles et effrontées à l'âge de la puberté, qui vivent dans un village au bord de la mer en Turquie.

Les hommes

- Denis Villeneuve: le réalisateur canadien est en compétition avec "Sicario", un film d'action efficace sur la guerre contre les cartels de la drogue à la frontière américano-mexicaine. A l'affiche, Emily Blunt et Benicio del Toro. Denis Villeneuve a voulu porter un regard sur l'Amérique et ses idéaux, confrontés à la réalité.

- Thomas Bidegain: sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, le scénariste à succès de Jacques Audiard devient réalisateur avec "Les Cow Boys", quête obsessionnelle d'un père pour retrouver sa fille qui s'est enfuie avec un musulman radicalisé.

- Louis Garrel: avec "Les Deux amis", Louis Garrel se fait réalisateur et met ses pas dans ceux de son père, le cinéaste Philippe Garrel. Bien accueilli à la Semaine de la critique, hors compétition, l'acteur a voulu se mettre en scène pour "durcir la difficulté" dans ce film où une femme vient troubler l'amitié fusionnelle entre deux hommes.

L'avis des critiques

"La Loi du marché" du Français Stéphane Brizé, a été bien accueilli par les critiques, mais sans pour autant détrôner "Carol" de l'Américain Todd Haynes, passion amoureuse entre deux femmes dans l'Amérique puritaine des années 50, le mieux placé pour la palme selon les critiques. Pour sa performance en homme confronté à la brutalité du monde du travail, Vincent Lindon peut prétendre au prix d'interprétation masculine, selon plusieurs médias dont Le Figaro. "Louder than Bombs" du Norvégien Joachim Trier, film introspectif qui évoque une photographe de guerre incarnée par Isabelle Huppert, n'a pas bousculé le palmoscope.

L'emballement du jour

La Croisette s'est emballée mardi à la suite d'une rumeur sur une prétendue interdiction des talons plats pour la montée des marches, rapidement démentie par la direction du festival de Cannes. "La rumeur selon laquelle le Festival exige des talons hauts pour les femmes sur les marches est infondée", a tweeté le délégué général Thierry Frémaux. La mention sur les billets pour les séances de gala précise seulement: "smoking, tenue de soirée", sans préciser la hauteur des talons. "Franchement, tout le monde devrait porter des talons plats. On ne devrait pas porter des talons hauts. On pense que l'égalité fait des progrès..." a commenté l'actrice britannique Emily Blunt, qui joue dans "Sicario", de Denis Villeneuve, aux côtés de Benicio del Toro et Josh Brolin.

Les phrases

- "Parfois, on est content de tomber amoureux de quelqu'un que l'on trouve beau, sans que cette beauté soit partagée par tous." (Louis Garrel)

- "La misogynie est parfois insidieuse, en venant de là où on ne s'y attend pas: il arrive que des femmes utilisent des arguments qu'on attribue habituellement aux hommes." (Isabelle Huppert)

Tapis rouge

Ils étaient sur les marches mardi soir : Antonio Banderas, Cate Blanchett, Robert Charlebois, Samy Naceri, l'équipe d'"Amnésia" de Barbet Schroeder, avec Marthe Keller et Bruno Ganz, et celle de "Sicario" du réalisateur canadien Denis Villeneuve, film en compétition projeté dans la soirée, avec ses acteurs Emily Blunt et Benicio del Toro. Au pied des marches, le juré Xavier Dolan, soumis au secret des délibérations comme les autres membres du jury, a toutefois concédé: "On s'aime, on discute!"

bur-jfg/fmi/fm