NOUVELLES
19/05/2015 01:01 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Tokyo 2020: le gouverneur de Tokyo ne veut pas mettre la main à la poche pour financer le stade olympique

Le gouverneur de Tokyo a accusé le gouvernement central de se comporter comme "l'armée impériale" pendant la Seconde Guerre mondiale après avoir exigé que la capitale du Japon participe au coût du stade olympique prévu pour les Jeux de 2020, selon la presse.

Le ministre des Sports, Hakubun Shimomura, a demandé au gouvernorat de Tokyo de débourser plus de 350 millions d'euros pour contribuer à la construction du nouveau "Stade national", soit près du tiers du montant total (1,2 milliard d'euros).

M. Shimomura propose aussi de réduire la voilure du projet, en renonçant au toit rétractable et en réduisant provisoirement le nombre de sièges, pour éviter tout risque de dérapage budgétaire. L'enceinte de 80.000 places doit accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2019, un an avant les JO de Tokyo.

Mais les pressions pour que Tokyo mette la main à la poche ont déclenché la colère du gouverneur local, Yoichi Masuzoe, qui a accusé le gouvernement d'"irresponsabilité", selon des médias.

"Le chiffre avancé est d'environ 50 millards de yens (355 M euros). Jusqu'à présent, il n'y a eu absolument aucune communication à ce sujet. C'est irresponsable car nous devons penser aux contribuables", s'est offusqué M. Masuzoe, cité lundi par le tabloïde Nikkan Sports.

"Il est irresponsable de répéter à l'envi: +Nous pouvons construire (le stade)+. C'est exactement comme l'armée impériale japonaise pendant la guerre qui disait +Nous sommes en train de gagner+, quand en réalité elle perdait", a-t-il ironisé.

Le ministre des Sports a l'intention de présenter un budget et un plan détaillés du projet d'ici la fin du mois.

Mais selon le gouverneur de Tokyo, les autorités locales ne devraient pas être mises à contribution pour financer un stade à vocation nationale.

"Nous (Tokyo) ne pouvons évidemment pas construire un stade olympique simplement parce que le gouvernement est incapable (de le financer)", a argué M. Masuzoe.

"Si le pays n'a pas les moyens, alors il faut examiner la possibilité de le construire en tant que stade municipal", a-t-il averti.

La construction du stade des JO 2020 - sous la direction de l'architecte irako-britannique Zaha Hadid - est source de vives polémiques depuis deux ans, et son budget a déjà été réduit de 40%.

L'ancien Stade national, érigé pour les JO de 1964, a été récemment démoli. Le chantier de la nouvelle enceinte doit commencer en octobre.

alh-agr/mf