NOUVELLES
19/05/2015 12:14 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Protestations contre une cargaison de viande de baleine prête à quitter l'Islande

Le départ programmé d'une cargaison de 1.700 tonnes de viande de baleine de l'Islande vers le Japon a suscité mardi les protestations d'écologistes, qui réclament la fin du harponnage au nom des conventions internationales.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a dénoncé la société baleinière islandaise Hvalur VF, qui s'apprête à expédier cette cargaison via l'Angola.

"C'est une question de protection des animaux. Il n'y a pas de manière de tuer des animaux de cette taille sans qu'ils souffrent" ni "besoin de cette viande et elle n'est certainement pas nécessaire pour l'Islande ou sa pêche", a expliqué à l'AFP le porte-parole islandais du Fonds, Sigursteinn Masson.

"La chasse à la baleine à des fins commerciales est une activité très isolée. Nous voulons y mettre fin, comme la plupart du monde", a-t-il ajouté.

Hvalur VF a confirmé à l'AFP l'existence de cette cargaison révélée par le site internet d'informations islandais Eyjan. Elle est depuis deux semaines à bord du Winter Bay, un navire dont le départ a été retardé pour cause d'ennuis mécaniques.

"Ce n'est pas illégal", a déclaré le directeur général Kristjan Loftsson, invoquant la position du gouvernement islandais sur la baleine.

L'Islande et la Norvège sont les deux seuls pays qui défient ouvertement le moratoire de 1986 sur la chasse commerciale à la baleine. En 2014, les baleiniers islandais ont harponné 134 rorquals communs (deuxième mammifère marin le plus grand après la baleine bleue) et 24 baleines de Minke (une espèce plus petite).

Le Japon chasse aussi la baleine, selon le gouvernement à des fins scientifiques. Mais la viande des cétacés finit sur les étals.

La demande pour cette viande est en baisse en Islande comme au Japon, le principal débouché à l'export. Chaque transport de viande s'accompagne de son lot de polémiques, comme pour la cargaison venue de Norvège et détruite par le Japon en mars à cause d'une concentration de pesticides trop élevée.

En 2013, une cargaison islandaise de 130 tonnes également destinée au Japon était repartie de Hambourg vers son point de départ à cause d'un problème administratif.

Lors de la dernière réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) en Slovénie en septembre, l'Islande avait été sévèrement critiquée, mais avait argué que sa pêche se situait dans des quotas raisonnables.

str-ts/hh/cr/