NOUVELLES
19/05/2015 07:50 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Pierre Karl Péladeau fait son entrée comme chef du PQ à l'Assemblée nationale

Pierre Karl Péladeau a fait son entrée comme chef du Parti québécois (PQ) à l'Assemblée nationale mardi, souriant sous les applaudissements de ses collègues. Puis il a ouvert la période de questions, un moment que tous attendaient, en offrant d'un ton courtois au premier ministre Couillard « sa main tendue ». 

L'offre de collaboration de Pierre Karl Péladeau porte sur un sujet cher au premier ministre : l'économie. Le Québec, a expliqué M. Péladeau, « est un pays riche » qui devance même la Suède et l'Allemagne. Mais tout ne va pas pour le mieux au Québec et, afin de remédier à ce qui cloche, Pierre Karl Péladeau propose à Philippe Couillard de tenir un vaste forum économique dès septembre prochain. 

« J'offre ma collaboration au premier ministre, a déclaré Pierre Karl Péladeau. Je lui propose de convier les acteurs socio-économiques à un important rendez-vous où nous pourrons tous contribuer à définir les moyens et les priorités d'un véritable plan de croissance durable. »

Réponse de Philippe Couillard : « Au jour même où il pose cette question, nous avons annoncé l'investissement industriel le plus important des dix dernières années : la consolidation et la création de 400 emplois avec un investissement de Médicago pour 245 millions de dollars ». Et le premier ministre libéral d'ajouter que, depuis l'avènement de son gouvernement, plus de 68 000 emplois ont vu le jour. 

Si c'est bon pour le Saguenay-Lac-St-Jean...

Pierre Karl Péladeau est revenu à la charge en soulignant à M. Couillard que son gouvernement organisait, le 18 juin prochain, un forum économique pour le Saguenay-Lac-St-Jean. Si la formule est bonne pour cette région-là, pourquoi ne pas l'instaurer pour l'ensemble du Québec, a dit en substance le nouveau chef du PQ.

D'autant plus que la protection des entreprises du Québec « est plus que jamais pertinente » a poursuivi M. Péladeau en soulignant les manchettes qui ont affligé récemment les Alcan, Cirque du Soleil, Bombardier, SNC-Lavalin.

« Et ce matin, Tembec qui annonce la fermeture de trois usines à Senneterre, Bearn et La Sarre : 350 emplois perdus. Est-ce que le premier ministre reconnaît l'urgence d'agir [...]? », a questionné Pierre Karl Péladeau.

Pour Philippe Couillard, non seulement son gouvernement est-il préocuppé de la situation de Tembec, mais il agit, assure-t-il. Et, plutôt que de se réunir autour d'une table, comme le propose Pierre Karl Péladeau, ne vaut-il pas mieux aller directement en région parler à l'entreprise, de demander Philippe Couillard. « Si on demandait aux familles en Abitibi touchées par cette annonce, elles préféreraient d'emblée que leur gouvernement soit à l'oeuvre concrètement », a conclu le premier ministre.

Plus d'informations à venir