NOUVELLES
19/05/2015 04:02 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Pakistan et Afghanistan conviennent de coopérer contre les talibans (officiel)

Les services de renseignement du Pakistan et d'Afghanistan ont convenu d'échanger des informations et de coordonner des opérations contre les insurgés talibans, ont annoncé les deux voisins confrontés à la menace de groupes islamistes armés.

Un mémorandum a été signé entre l'Inter-services Intelligence, les services secrets pakistanais (ISI), et la Direction nationale de la sécurité d'Afghanistan (NDS), a écrit tard lundi soir sur son compte Twitter, le porte-parole de l'armée pakistanaise, le général Asim Bajwa.

Ce texte "inclut des opérations de renseignement coordonnées, complémentaires et partagées des deux côtés" de la frontière, a ajouté le général sans préciser quand, ni où, le texte avait été signé.

De son côté, le NDS a confirmé la signature de ce document en précisant qu'un texte similaire avait déjà été signé en 2006, puis en 2009.

Hassib Sediqqi, son porte-parole, a indiqué que le texte encadrait "les échanges d'informations tactiques sur les menaces pour les deux agences" confrontées aux talibans, pakistanais et afghans, et préoccupées par des ex-commandants talibans ayant plaidé allégeance à l'organisation Etat Islamique (EI).

L'EI a d'ailleurs revendiqué la semaine dernière sa première attaque dans la région lorsque des hommes armés ont tué 45 musulmans de la minorité chiite circulant dans un bus à Karachi, la mégalopole pakistanaise.

Le porte-parole du NDS a par ailleurs qualifié de fausses des informations de presse selon lesquelles, en vertu de leur accord, les services pakistanais entraîneraient ou équiperaient des agents du renseignement afghan.

"Nous espérons que le Pakistan s'engagera loyalement envers ce texte cette fois-ci", a conclu M. Sediqqi en précisant que les accords similaires, en 2006 et 2009, n'avaient "pas eu l'effet escompté".

Le Pakistan est dirigé par un gouvernement civil, mais l'armée et les services secrets exercent une forte influence, en particulier sur la politique envers l'Afghanistan voisin, pays considéré crucial pour la "profondeur stratégique" d'Islamabad face à son grand rival indien.

Lors d'une visite à Kaboul la semaine dernière, le Premier ministre Nawaz Sharif s'est engagé à soutenir l'Afghanistan dans sa lutte contre les talibans, dernier signe en date d'un dégel des relations bilatérales.

Cette visite, la première depuis l'arrivée au pouvoir du président afghan Ashraf Ghani en septembre, intervenait alors que l'inquiétude s'accroît quant à une aggravation de la violence des talibans en Afghanistan.

Le Premier ministre Sharif, dont le pays est souvent accusé de soutenir l'insurrection afghane en lutte depuis 13 ans contre les forces locales et de l'Otan, avait qualifié à Kaboul de "terroriste" l'actuelle "offensive du printemps" des talibans afghans et soutenu le processus de réconciliation afghan?

Le président Ghani courtise, lui, activement le Pakistan, afin qu'il puisse convaincre les talibans du mollah Omar de rejoindre des pourparlers de paix afin de stabiliser son pays.

mmg-emp-gl/jh

TWITTER