Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Medicago investit 245 millions $ à Québec (VIDÉO)

La biopharmaceutique de Québec Medicago prend de l'expansion. L'entreprise spécialisée dans la mise au point et le développement de nouveaux vaccins fabriqués à partir de plantes construira une nouvelle usine à D'Estimauville et créera 200 nouveaux emplois.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le ministre fédéral de l'Industrie, Denis Lebel, et le maire Labeaume ont annoncé ce matin à l'hôtel de ville de Québec une aide financière totalisant 74,5 millions de dollars à l'entreprise.

Québec et Ottawa accordent respectivement des prêts de 60 millions de dollars et 8 millions à Medicago, tandis que la Ville de Québec participe à hauteur de 6,5 millions de dollars.

Au total, le projet d'investissement est évalué à 245 millions de dollars sur trois ans.

Les 200 emplois créés le seront d'ici 2019. Ils s'ajouteront aux quelque 180 emplois actuels de l'entreprise.

Le premier ministre a fait savoir que l'annonce de ce matin a été rendue possible, entre autres, grâce à une récente mission économique en Suisse.

« Cette annonce est le résultat d'échanges fructueux qui se sont déroulés notamment lors de mon passage à Davos au mois de janvier dernier », a dit Philippe Couillard.

Un nouveau bâtiment à D'Estimauville

Le nouveau bâtiment à D'Estimauville regroupera le siège social de l'entreprise et ses activités de recherche et de développement.

On y retrouvera aussi une usine pilote et une usine commerciale pouvant produire annuellement de 40 à 50 millions de doses de vaccin protégeant contre différentes souches de la grippe.

Andy Sheldon, président-directeur général de Medicago, n'a pas manqué de vanter les mérites de la culture d'affaires dans la région de Québec. Celle-ci possède plusieurs atouts qui ont penché dans la balance pour que l'entreprise consolide ses activités dans la capitale.

« Medicago a choisi la Ville de Québec en raison de ses employés qualifiés, de la disponibilité de la main-d'œuvre expérimentée [...], du dynamise commercial de la région et du soutien des gouvernements du Québec et du Canada, et de la Ville de Québec », a-t-il dit.

Rappelons que la biopharmaceutique a récemment produit des anticorps visant à traiter les personnes atteintes du virus de l'Ebola en Afrique.

En 2013, Medicago est passée sous contrôle d'une société du Japon pour 357 millions de dollars.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.