NOUVELLES
19/05/2015 03:12 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Macédoine: l'opposition continue de réclamer dans la rue le départ du Premier ministre

Environ 150 manifestants de l'opposition, répondant à l'appel de leur chef Zoran Zaev, manifestaient mardi pour la troisième journée consécutive devant le siège du gouvernement macédonien pour exiger la démission du Premier ministre, Nikola Gruevski, accusé de corruption.

Pour leur part, une cinquantaine de partisans du chef du gouvernement conservateur, ont installé des tentes et ont passé la nuit à deux kilomètres plus loin, devant le parlement, pour manifester leur soutien.

Mardi, sur une pelouse au milieu des quatre voies du grand boulevard faisant face au bâtiment gouvernemental, les manifestants de l'opposition ont organisé un camping de fortune, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Ces irréductibles avaient décidé des rester devant le siège du gouvernement après la manifestation de l'opposition de dimanche qui avait réuni plus de 20.000 personnes.

Le but de ce mouvement, qui est surtout animé le soir lorsque le nombre des protestataires grossit jusqu'à un millier, est de maintenir la pression sur le gouvernement, accusé de corruption et d'écoutes illégales.

Mardi matin, au lendemain de la grande manifestation organisée pour soutenir le chef du gouvernement conservateur au pouvoir depuis neuf ans, les manifestants d'opposition étaient tout aussi résolus à poursuivre leur mouvement.

Bojanco Micevski, habitant de Kriva Palanka (nord-est) professeur de chimie sans emploi, assure que la présence la veille dans les rues d'un grand nombre de sympathisants du camp opposé n'a donné lieu "a aucune provocation ou incident".

"Les gens qui sont ici sont des citoyens présents de leur propre gré, ceux qui ont participé au rassemblement de Gruevski, sont des employés payés par l'État qui avaient l'obligation d'assister à la manifestation", selon lui

Lundi, le rassemblement organisé devant le parlement par le pouvoir a réuni au moins 30.000 personnes.

Une cinquantaine de personnes ont décidé de camper en guise de soutien au gouvernement et ont dressé une quinzaine de tentes dans un parc en face du parlement.

"Nous avons clairement dit hier soir qu'il fallait respecter les résultats des élections, nous n'avons pas de revendication, nous voulons simplement faire preuve de notre soutien au gouvernement", a déclaré à l'AFP Predrag Petrovic, 41 ans, venu de Kumanovo (nord).

La Macédoine, ex-république yougoslave de 2,1 millions d'habitants, dont un quart d'Albanais, est en proie depuis le début de l'année à une grave crise politique opposant les principales formations slaves.

Le pouvoir accuse l'opposition d'"espionnage" et de "volonté de déstabiliser le pays".

Après deux réunions des quatre principaux partis en Macédoine, pouvoir et opposition confondus, M. Gruevski et le leader de l'opposition de gauche Zoran Zaev devaient se rencontrer mardi à Strasbourg sous les auspices du Parlement européen pour tenter de trouve une solution à la crise politique.

jmi-mat/cn/jh