Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Patriots acceptent les pénalités du « Deflategate »

Le propriétaire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Robert Kraft, renonce à la possibilité de faire appel des pénalités imposées par la NFL dans l'affaire des ballons dégonflés.

Kraft a profité de la tenue, mardi, de la réunion printanière des gouverneurs de la ligue à San Francisco, pour faire cette annonce.

Du coup, il accepte de payer l'amende de 1 million de dollars et la perte de deux choix au repêchage.

« C'est à contrecœur que j'accepte la décision rendue. J'ai deux options : je peux mettre un terme à toute cette affaire ou la prolonger », a d'abord déclaré Kraft.

« Après mûre réflexion, je préfère préserver ce que j'ai appris au cours des deux dernières décennies. L'âme et le cœur de la NFL reposent sur le partenariat existant entre 32 équipes. Il m'apparaît clair que les visées d'une équipe ne peuvent aller à l'encontre des intérêts collectifs. »

« J'ai pesé le pour et le contre. Je pense que si j'avais pris une décision la semaine dernière, j'aurais agi différemment. Les 32 équipes ont confié l'arbitrage des différends au bureau du commissaire. Et même si je ne suis pas d'accord avec le verdict rendu, je dois respecter le commissaire et croire que son choix a été fait dans le meilleur intérêt des 32 équipes. »

Cette décision des Patriots n'influe en rien sur le choix du quart Tom Brady de contester sa suspension de quatre matchs pour son implication dans l'affaire.

Rappelons que Brady et les Patriots ont été accusés et reconnus coupables par la NFL d'avoir manipulé les ballons lors de la finale de l'Association américaine contre les Colts d'Indianapolis.

Plusieurs ballons utilisés dans cette rencontre avaient été gonflés en deçà de la limite des 12,5 livres par pouce carré établie par la ligue.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.