NOUVELLES
19/05/2015 10:37 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Les Blackhawks perdront-ils encore des plumes?

À quelques heures du deuxième match de la finale de l'Ouest entre Chicago et Anaheim, la question de profondeur éclate déjà au grand jour.

Ces deux puissances de la LNH ne se sont affrontées que durant 60 minutes, que les faiblesses apparaissent déjà.

Le succès des Blackhawks au cours des sept dernières saisons repose essentiellement sur l'inépuisable talent de ses attaquants.

Or, les Ducks comptent déjà 11 joueurs totalisant six points ou plus depuis le début des séries. Chicago n'en compte que cinq.

« Nous savons, et les Blackhawks le savent aussi, qu'il faut obtenir des buts à tous les niveaux au sein de votre équipe », a indiqué Ryan Getzlaf après la séance d'entraînement de lundi au Honda Center.

Cette profondeur des Ducks était évidente au terme du match no 1, puisque les membres de leur premier trio n'ont récolté qu'une mention d'aide dans le gain de 4-1.

L'absence du défenseur Michael Roszival, blessé à une cheville, se fait cruellement sentir du côté des Blackhawks. Ainsi, Duncan Keith (28:25), Brent Seabrook (26:57) et Johnny Oduya (22:29) s'en trouvent surutilisés.

Le fait de jouer essentiellement avec deux paires de défenseurs ouvre la porte à une fatigue et à une usure prématurée qui favorisent encore l'attaque des Ducks.