Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le fédéral doit réinvestir dans le secteur de l'habitation, selon la FCM

OTTAWA - Le Canada pourrait connaître une crise de l'habitation si tous les niveaux de gouvernements n'interviennent pas équitablement, selon une étude de la Fédération canadienne des municipalités (FCM).L'organisme estime que le retranchement du gouvernement fédéral a forcé les provinces, les territoires et les municipalités à se battre à eux seuls contre le marché, qui tend à désavantager les locataires à modeste revenu.Le secteur de la location a perdu 850 000 unités à loyer modique dans les dix dernières années, rappelle le président de la FCM Brad Woodside, ce qui le rend vulnérable à un ralentissement du marché de l'habitation.M. Woodside souligne qu'un locataire sur cinq investit plus de 50 pour cent de son revenu sur son loyer.Selon l'étude, les logements sociaux qu'il y a actuellement avaient été créés grâce à un partenariat entre tous les niveaux de gouvernements. Or, ce n'est plus possible d'en construire davantage si Ottawa se retire unilatéralement des ententes, puisque les provinces et les municipalités ne peuvent pas assumer seules ce fardeau fiscal.L'augmentation des loyers a augmenté de façon beaucoup plus accélérée que les revenus, note-t-on dans le document. De plus, plusieurs logements ont été convertis en condominiums dispendieux, ce qui restreint d'autant plus l'accès des Canadiens au logement ou à la propriété.Bien que le tiers des ménages au Canada soient des locataires, seulement 11 pour cent des projets d'habitation depuis 1996 étaient conçus pour y établir des logements.«Le temps est venu de remettre à niveau le secteur de l'habitation au Canada», est-il écrit dans l'étude, qui a été réalisée par Steve Pomeroy, un chercheur à l'université Carleton au Centre de recherche et de formation sur le milieu urbain.Le gouvernement fédéral injecte tout de même 1,7 millions $ par année dans ce secteur, mais en proportion du Produit intérieur brut (PIB), les sommes investies ont chuté de 40 pour cent depuis 1989.La fragilité de l'habitation peut avoir des conséquences sur plusieurs autres domaines, dont le marché du travail et l'économie du pays en général, selon l'expert.Le rapport propose plusieurs solutions au problème, dont l'instauration de crédits d'impôts pour favoriser la construction de logements sociaux et l'élaboration d'une stratégie nationale et permanente sur les logements abordables et les sans-abris. La FCM souhaiterait aussi que le gouvernement fédéral s'engage à maintenir de façon constante son niveau actuel de financement.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.