NOUVELLES
19/05/2015 09:31 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Le changement climatique, 3ème cause majeure de l'insécurité alimentaire (Caritas)

Le changement climatique est perçu comme la troisième cause majeure de la faim et de l'insécurité alimentaire, qui engendrent criminalité, migrations et dépendance à l'aide sociale, relève un rapport du réseau caritatif catholique Caritas, présenté mardi à l'EXPO 2015 à Milan.

Selon un sondage conduit auprès de 98 organisations nationales de la Caritas, à l'oeuvre dans des pays où habitent 83% de la population mondiale, les trois principales causes de l'insécurité alimentaire sont le manque de ressources (terres, semences, prêts, accès aux marchés) pour les petits agriculteurs --selon 42% des responsables interrogés--, la faible productivité --selon 36% d'entre eux--, et l'impact du changement climatique --selon 34%d'entre eux--.

Les autres causes les plus souvent signalées par les Caritas sont l'insuffisance de la protection sociale (24%), la mauvaise gouvernance (22%), la spéculation sur les prix (20%), des politiques favorisant l'industrie (19%), les guerres (17%), le manque d'infrastructures (17%).

Dix-neuf pour cent de ceux ayant répondu à l'enquête ont indiqué que leur pays bénéficiait d'une totale sécurité alimentaire. Presqu'un tiers a répondu vivre dans un pays confronté à une forme d'insécurité alimentaire, tandis que la près de la moitié a déclaré que dans leurs pays la sécurité alimentaire était seulement relative.

"Les conséquences avérées de l'insécurité alimentaire ne sont pas seulement la faim et la malnutrition, mais également les migrations, la disparité des revenus et la criminalité. Le manque de nourriture adéquate a un impact non seulement sur la santé et la mortalité, mais également sur l'éducation et la corruption, et favorise une culture de dépendance de la charité et de l'aide sociale", a dénoncé le réseau Caritas.

Les Caritas de l'Afrique sub-saharienne ont mis l'accent sur la faible productivité agricole et le changement climatique. L'Asie a souligné le manque d'accès aux ressources des petits agriculteurs et la mauvaise gouvernance. L'Amérique Latine a dénoncé la spéculation sur les produits alimentaires. Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ont mis en relief la lutte contre les conflits et le manque d'eau potable.

Les programmes de sécurité alimentaire de Caritas ont bénéficié à 106 millions de personnes en 2013. Les principaux secteurs concernés ont été la formation agricole (41%), l'agriculture durable (39%), la distribution d'aliments ou de semences suite à des urgences (39%) et l'amélioration de la nutrition et de la santé (39%).

Cette enquête a été présentée par le cardinal hondurien Oscar Rodriguez Maradiaga, président sortant de Caritas Internationalis, et le cardinal philippin Luis Antonio Tagle, président élu la semaine dernière à l'Assemblée générale du mouvement.

Caritas Internationalis est une confédération mondiale d'organisations catholiques d'aide et de développement, présente dans plus de 200 pays et territoires dans le monde entier.

jlv/ob/cr/