Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La CSQ dénonce la suppression de 250 postes professionnels de l'éducation

MONTRÉAL - Les professionnels de l'éducation syndiqués à la CSQ affirment que dans les 69 commissions scolaires où la centrale syndicale a des membres, 250 postes de professionnels seront supprimés, comme des psychologues, des orthophonistes, des conseillers en orientation et autres.Cela signifie 8715 heures de services en moins pour les élèves, a affirmé mardi Johanne Pomerleau, présidente de la Fédération des professionnels de l'éducation, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec, au cours d'une rencontre avec la presse à Montréal.L'organisation syndicale a plaidé auprès du ministre de l'Éducation, François Blais, pour qu'il intervienne et empêche que ces compressions budgétaires entraînent ainsi des réductions directes de services aux élèves.Mme Pomerleau a relaté que plusieurs s'attendaient à des compressions de 200 millions $, mais que ce sont plutôt 350 millions $ qui ont été imposés dans le réseau pour l'année scolaire 2015-2016, entraînant ces suppressions de postes.Elle souligne d'ailleurs qu'il s'agit de 250 équivalents de postes à temps complet, ce qui signifie qu'un plus grand nombre d'employés seront touchés puisqu'ils ne travaillent pas tous à temps plein.Cette fédération de la CSQ représente 7200 membres, répartis dans 19 syndicats.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.