NOUVELLES
19/05/2015 12:45 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

L'Europe harmonise ses mesures pour empêcher ses résidants de partir combattre

BRUXELLES - Les gouvernements européens se sont entendus mardi pour harmoniser leurs lois pour empêcher leurs citoyens de se rendre à l'étranger rejoindre le groupe État islamique ou d'autres organisations extrémistes.Un document signé par les ministres des Affaires étrangères des 47 nations membres du Conseil de l'Europe impose à ces pays de rendre illégaux certains gestes, y compris la participation intentionnelle à un groupe terroriste, se rendre à l'étranger à des fins terroristes ou recevoir une formation terroriste.Des analystes expliquent que les lois européennes diffèrent. Des pays comme la France, par exemple, accusent de crimes ceux qui cherchent à rejoindre un groupe extrémiste violent, tandis que la Scandinavie ne dispose d'aucun moyen juridique pour empêcher ses citoyens de devenir des djihadistes étrangers.La mesure adoptée mardi sera un protocole de la convention du Conseil de l'Europe sur la prévention du terrorisme, qui a été signée par 44 des 47 pays membres et la totalité des 28 membres de l'Union européenne, à l'exception de la République tchèque.Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland, a dit que le nouvel accord aidera les gouvernements nationaux à s'attaquer plus efficacement à un nouveau problème de plus en plus important, en leur fournissant une base juridique commune.Il a expliqué qu'il sera dorénavant plus facile pour les douaniers de communiquer avec les autorités policières du pays dont est originaire un suspect. La participation au terrorisme sera aussi maintenant considérée comme un crime partout.