NOUVELLES
19/05/2015 07:58 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

L'ancienne PM thaïlandaise plaide non coupable à l'ouverture de son procès

BANGKOK - L'ancienne première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a plaidé non coupable mardi, lors de l'ouverture d'un procès qui pourrait lui valoir dix ans de prison.Ses partisans affirment qu'elle est victime d'un complot politique orchestré contre sa famille.Mme Yingluck a déposé une caution de 900 000 $ US et le tribunal lui a ordonné de ne pas quitter le pays. La prochaine audience est prévue pour le 21 juillet.Mme Yingluck a été expulsée de son poste de première ministre par la décision d'un tribunal, deux semaines avant que l'armée ne s'empare du pouvoir en mai dernier.Elle est accusée de négligence dans la supervision d'un programme de subventions de la culture du riz. La même accusation lui avait valu une procédure de destitution de la part de l'assemblée législative contrôlée par l'armée, en janvier, ce qui la chasse de la scène politique pour les cinq prochaines années.Ses partisans prétendent que le procès a été orchestré par l'élite pro-establishment pour démolir l'héritage politique de sa famille, qui a multiplié les victoires électorales depuis dix ans.Le programme de subventions avait aidé le parti Pheu Thai de Mme Yingluck à remporter le scrutin de 2011. Mme Yingluck avait fait valoir que le programme visait à aider les fermiers pauvres, en leur versant environ 50 pour cent de plus que ce qu'ils auraient obtenu sur les marchés internationaux.Le programme a toutefois généré des pertes de 4,46 milliards $ US, quand le gouvernement thaïlandais a accumulé des quantités astronomiques de riz. Les procureurs prétendent que Mme Yingluck a fait fi de plusieurs avertissements de corruption, même si rien n'a encore été prouvé en cour.Plus tôt cette année, l'agence fédérale anticorruption a recommandé au ministère des Finances de poursuivre Mme Yingluck personnellement pour plus de 18 milliard $ US.La Thaïlande est plongée dans la tourmente politique depuis que l'armée a chassé le frère de Mme Yingluck, l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, du pouvoir en 2006.Le conflit met essentiellement aux prises la majorité rurale pauvre, qui appuie les Shinawatras, et une élite urbaine épaulée par l'armée et des royalistes farouches qui voient la famille de Mme Yingluck comme une menace à l'ordre établi.