NOUVELLES
19/05/2015 04:55 EDT | Actualisé 20/05/2015 12:18 EDT

Des chauffeurs de taxi manifestent à Montréal contre Uber X (VIDÉO)

Les chauffeurs de taxi n'en peuvent plus d'Uber. Ils étaient plusieurs dizaines à manifester mardi à Montréal pour dénoncer une nouvelle fois ce qu'ils qualifient de concurrence déloyale du service de transport commercial Uber X.

Les chauffeurs de taxi estiment que le gouvernement et la Ville de Montréal font preuve d'inaction dans ce dossier. Ils reprochent à Québec de ne pas appliquer la loi sur le transport de personnes et de ne rien faire pour empêcher ces « activités illégales ».

UberX permet à des individus de proposer des trajets à des citoyens dans leurs propres véhicules, et ce sans permis.

Même s'ils reconnaissent une petite amélioration pour la saisie des véhicules « illégaux » en vertu de la loi sur le transport des personnes, ils estiment que ce n'est pas assez.

Cela a peu d'impact sur les contrevenants puisque l'entreprise paie les amendes de ceux qui s'improvisent chauffeurs pour Uber. Or, estiment les manifestants, ces derniers devraient être traduits devant la justice pour transport illégal.

Ils rappellent qu'en leur qualité de chauffeurs de taxi, ils sont soumis à une batterie de mesures auxquelles ils doivent se conformer sous peine de perdre leur permis de travail alors que les chauffeurs d'Uber X agissent en toute illégalité et semblent peu inquiétés.

« On ne peut pas vivre comme ça, on n'est pas dans une république de banane », lance un manifestant en colère.

« Ce n'est pas une compagnie comme Uber qui va dicter les lois ici au Québec. »

— Akli Vassilatos, chauffeur de taxi

Les chauffeurs de taxi veulent que le gouvernement du Québec fasse comme celui de l'Ontario, qui a déposé un projet de loi et qui en est à la deuxième lecture. Le texte prévoit non seulement d'augmenter le montant des amendes jusqu'à 30 000 $, mais aussi d'inclure des points d'inaptitude dans le dossier des chauffeurs fautifs. Ces derniers courrent le risque de voir leur permis de conduire suspendu.

Les chauffeurs protestataires reprochent aussi au ministre des Transports et au maire Coderre de ne pas répondre à leurs appels alors que des responsables d'Uber X ont des contacts réguliers avec le ministère des Transports.

Avec les informations de Caroline Belley

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 6 choses à savoir sur Uber Voyez les images