NOUVELLES
19/05/2015 10:46 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Croatie: le centre Wiesenthal appelle à supprimer les pensions des soldats pro-nazis

Le centre Simon-Wiesenthal, qui se consacre à la mémoire de l'Holocauste, a appelé mardi la Croatie à cesser de verser des pensions de retraite à d'anciens membres des forces du régime croate allié à l'Allemagne durant la Seconde guerre mondiale.

"Au regard des crimes de guerre atroces commis dans le soi-disant Etat indépendant de Croatie par les oustachis (...) une telle politique est par définition erronée" a déclaré un responsable du centre, Efraim Zuroff, dans une lettre au Premier ministre croate, Zoran Milanovic.

Verser de telles pensions à des membres du mouvement oustachi au pouvoir à l'époque est "une insulte odieuse à ses victimes, à leurs familles et à tous les Croates attachés à la morale et à la dignité", a ajouté M. Zuroff, cité dans un communiqué.

La Croatie, autrefois partie de la Yougoslavie et aujourd'hui membre de l'Union européenne, verse actuellement environ dix mille retraites de ce genre, pour un coût annuel estimé à 50 millions d'euros.

Le responsable du centre Wiesenthal a appelé le chef du gouvernement croate à "prendre des dispositions pour changer cette politique au plus vite, et épargner ainsi à la Croatie la honte de récompenser ceux qui ont commis parmi les pires crimes de guerre du second conflit mondial".

En 1993, deux ans après s'être séparée de la Yougoslavie communiste, la Croatie a amendé une loi sur les retraites pour accorder des pensions à d'anciens oustachis, ainsi qu'à des membres des forces armées régulières du régime croate pro-nazi. Le régime oustachi a persécuté et tué des centaines de milliers de Serbes, de Juifs, de Tziganes, et de Croates anti-fascistes.

ljv/cr/fpp