NOUVELLES
19/05/2015 13:54 EDT | Actualisé 19/05/2016 01:12 EDT

Clinton appelle le département d'Etat à accélérer la publication de ses emails

La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton a appelé mardi le département d'Etat à rendre publics le plus vite possible ses emails de secrétaire d'Etat, au coeur d'une polémique parce qu'ils ont été rédigés à partir d'une messagerie privée.

"Je veux que les emails soient rendus publics", a dit Hillary Clinton lors d'un déplacement de campagne dans l'Iowa, acceptant de répondre de façon exceptionnelle à des questions de journalistes. "Personne n'a plus intérêt que moi à leur publication".

Hillary Clinton a reconnu le 11 mars, lors d'une conférence de presse, avoir utilisé une seule adresse, hdr22@clintonemail.com, gérée par un serveur privé, lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine de janvier 2009 au 1er février 2013.

Elle avait alors expliqué avoir identifié et remis en décembre environ 30.000 messages liés à ses fonctions officielles au département d'Etat (soit environ 55.000 pages), dans un but d'archivage légal, tandis que le reste des messages reçus ou envoyés durant cette période (près de 32.000) avaient été classés comme personnels par ses avocats, puis effacés.

Le département d'Etat est chargé depuis d'examiner chaque message classé comme officiel et d'en expurger les contenus confidentiels ou sensibles en vue d'une mise à disposition publique sur internet, une tâche titanesque.

Mais mardi, un juge a ordonné au département d'Etat de publier les messages au fur et à mesure, et non en une seule fois, alors que le département avait demandé jusqu'à janvier 2016 pour publier les messages en bloc.

Le directeur du bureau de presse du département d'Etat, Jeff Rathke, a indiqué mardi que l'administration se conformerait à la décision et publierait d'ici une semaine un calendrier pour la déclassification progressive des messages, à commencer par ceux liés aux attaques de la mission diplomatique de Benghazi en 2012.

"Je soutiens tout ce qui est faisable pour qu'ils puissent accélérer le processus", a réagi Hillary Clinton mardi. "Je veux que les Américains apprennent le plus de choses possibles sur mon travail avec nos diplomates et nos experts du développement".

"Ils ne m'appartiennent pas. Ils appartiennent au département d'Etat. Le département d'Etat doit mener le processus à bien", a-t-elle ajouté, en parlant de ses messages.

Les républicains du Congrès ont annoncé qu'ils convoqueraient Hillary Clinton à la Chambre pour s'expliquer sur son usage d'une messagerie privée, contrairement aux recommandations gouvernementales, ainsi que sur l'attaque de Benghazi, quand elle était chef de la diplomatie. La date de l'audition n'a pas été fixée.

La candidate a également réagi à la publication par le New York Times de plusieurs messages envoyés par Sidney Blumenthal, vieil ami des Clinton devenu conseiller informel, notamment sur la Libye, où il avait par ailleurs des projets d'entreprises avec des hommes d'affaires.

"J'ai beaucoup, beaucoup de vieux amis, et j'ai toujours pensé qu'il était important, en politique, de garder des amis qu'on connaissait avant d'entrer en politique", s'est défendue Hillary Clinton.

ico/are