NOUVELLES
18/05/2015 06:45 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Turquie: deux explosions dans des permanences du parti prokurde, plusieurs blessés

Des explosions d'origine indéterminée ont fait lundi plusieurs blessés dans deux permanences du Parti démocratique du peuple (HDP) prokurde en Turquie, à trois semaines des élections législatives du 7 juin, a-t-on appris auprès du HDP.

Au moins six personnes ont été blessées lors d'une première explosion qui a touché le quartier général régional du HDP à Adana (sud), dont trois sérieusement, a rapporté à l'AFP un responsable du HDP.

Une autre déflagration a secoué le QG de ce même parti à Mersin (sud), apparemment causée par un bouquet de fleurs piégé livré dans les locaux, selon ce responsable.

L'origine des deux explosions n'ont pas été précisées officiellement, mais un responsable du HDP, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, les a attribuées à des bombes.

Le principal dirigeant du parti, Selahattin Demirtas, a maintenu la réunion publique qu'il doit tenir à Mersin en fin d'après-midi, selon son état-major.

Le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir a condamné ces deux attaques.

"Je condamne fermement cette attaque", a déclaré le Premier ministre Ahmet Davutoglu lors d'un meeting de campagne devant plusieurs milliers de partisans à Karaman (centre). "Nous rejetons la violence depuis le début. Si Dieu le veut, nous avancerons en paix jusqu'au 7 juin", a ajouté M. Davutoglu.

Le porte-parole du gouvernement Bülent Arinç a de son côté évoqué une "provocation".

Depuis le coup d'envoi de la campagne électorale législative, le parti d'opposition prokurde a été la cible de nombreuses attaques, 73 depuis le 24 avril selon son propre décompte. Ce jour-là, son siège à Ankara avait essuyé plusieurs coups de feu qui n'avaient fait aucune victime.

Les résultats du HDP le 7 juin font l'objet de toutes les attentions et spéculations.

Si ce parti franchit la barre des 10% des suffrages au niveau national, il devrait empêcher le parti du président Recep Tayyip Erdogan d'enlever la majorité des deux tiers des 550 sièges de députés nécessaires pour faire passer la réforme constitutionnelle qu'il souhaite pour renforcer ses pouvoirs de chef de l'Etat.

Les derniers sondages créditent le HDP d'un score oscillant autour des 10%.

"La perspective de voir le HDP franchir le seuil (des 10%) en effraie certains. Le gouvernement qui dirige ce pays doit être à l'origine de tout ça", a estimé un des candidats du parti à Mersin, Dengir Mir Mehmet Firat, un ancien du parti au pouvoir. "Nous ne cèderons pas à la provocation", a-t-il ajouté.

Les personnalités du régime, qui tient les rênes du pays depuis 2002, ont concentré ces dernières semaines leurs critiques contre le parti prokurde.

fo-pa/cmr