NOUVELLES
18/05/2015 09:14 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Russie: les responsables des couacs spatiaux devront payer de leurs poches (Medvedev)

Les responsables des récents échecs du secteur spatial russe, notamment la perte d'un vaisseau Progress et d'une fusée Proton, paieront leurs erreurs "de leurs propres poches", a annoncé lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

"En plus de leur responsabilité personnelle, tous ceux qui sont impliqués dans la chaîne (opérateurs et constructeurs, ndlr) doivent comprendre qu'ils en portent également la responsabilité matérielle", a prévenu Dmitri Medvedev au cours d'une réunion gouvernementale consacrée aux récents déboires de l'industrie spatiale russe.

"Ils devront payer de leurs propres poches", a ajouté le chef du gouvernement. M. Medvedev n'a pas précisé si ces remboursements seraient limités aux coûts du satellite perdu, de la fusée Proton ou même aux éventuelles pertes de contrat liées à cette mauvaise publicité.

"Il faut finir le travail et trouver les raisons (de ces échecs). Ils nuisent à la réputation de notre programme spatial", qui fait historiquement la fierté du pays, a-t-il ajouté.

Si le secteur spatial russe peut souffler après la réussite -- à la deuxième tentative -- de la mission d'un vaisseau spatial Progress qui a changé l'orbite de l'ISS dans la nuit de dimanche à lundi, ce succès n'occulte pas la série de déboires retentissants subis récemment par le secteur.

La perte d'un vaisseau Progress fin avril et l'échec d'une fusée Proton à mettre sur orbite un satellite de télécommunications mexicain la semaine dernière avaient notamment provoqué l'ire des autorités, qui ont laissé entendre que des têtes pourraient tomber.

Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, chargé du secteur spatial, a de son côté appelé lundi à abandonner progressivement les lanceurs Proton, en fin de vie, et à utiliser des modèles plus récents tels que les fusées Angara.

Rappelant que le même type d'accident était survenu avec des lanceurs Proton en 1988 et en 2014, M. Rogozine a invité M. Medvedev à s'entretenir au plus vite avec la direction de l'agence spatiale russe Roskosmos et avec la commission d'enquête formée pour établir les causes des récents accidents.

M. Rogozine a en outre prévenu qu'aucun tir de fusée Proton n'aurait lieu avant que la commission d'enquête ne rende ses conclusions.

"La consolidation de notre industrie, son rééquipement technologique et la responsabilisation de ses acteurs sont les conditions préalables au maintien de notre rang" dans le secteur spatial, a-t-il averti.

pop/kat/mp/ial/