NOUVELLES
18/05/2015 11:29 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Portugal: la fête du Benfica ternie par des heurts entre supporters et police

La grande fête du Benfica, sacré dimanche champion du Portugal de football, a été ternie par des heurts parfois violents entre supporters et forces de l'ordre à Lisbonne et dans le nord du pays, qui ont fait plusieurs blessés.

Dix-huit policiers ont été blessés, pour la plupart légèrement, et 26 personnes ont été interpellées lors de ces incidents, selon un bilan fourni lundi par la police, qui ne précise pas le nombre de supporters blessés.

A Lisbonne, les échauffourées ont éclaté peu après 01h00 du matin, dans la nuit de dimanche à lundi, sur la place du Marquis de Pombal, où des milliers de supporters euphoriques célébraient le titre de leur équipe, obtenu grâce à un match nul (0-0) face au Vitoria Guimaraes.

Au moment où la foule entonnait l'hymne du Benfica en présence de l'équipe victorieuse, un groupe de supporters a commencé à lancer des bouteilles, pierres et autres projectiles en direction des forces de l'ordre qui ont tenté de les disperser à coups de bâton.

"C'était le chaos, je me croyais dans un film du Far West, c'est du jamais-vu, les supporters étaient surexcités", a raconté Rui Trindade, un jeune Lisboète qui a assisté aux événements.

La police a évacué une grande partie de la place où les habitants de la capitale célèbrent habituellement les victoires en football. Le calme est revenu vers 04h00 du matin.

Des incidents ont également eu lieu dimanche soir près du stade Afonso Henriques à Guimaraes (nord), à l'issue du match entre les "Aigles" et les "Victoriens".

Des images télévisées d'un supporter du Benfica, José Magalhaes, âgé de 43 ans, roué de coups par un agent de police sous les yeux de ses enfants de neuf et treize ans, en état de choc, ont fait le tour des réseaux sociaux.

La police a ouvert une procédure disciplinaire à l'encontre de l'agent et le ministère de l'Intérieur a lui lancé une enquête sur l'incident qui a suscité l'ire du président du Benfica, Luis Filipe Vieira.

"Il faut vérifier s'il n'y a pas eu, à certains moments, des excès de la part des forces de l'ordre", estime-t-il dans un communiqué diffusé sur le site du club.

M. Vieira a également adressé un message ferme à la "minorité" de supporters à l'origine des troubles nocturnes, exigeant qu'"ils soient identifiés et punis". "Le football n'a pas besoin d'eux", a-t-il ajouté.

Le Benfica a décroché dimanche un second titre consécutif de champion du Portugal, le 34e de son histoire, lors de l'avant-dernière journée, un doublé que le club lisboète attendait depuis 31 ans.

bh/ode/es