NOUVELLES
18/05/2015 16:11 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Les Etats-Unis s'inquiètent de la crise politique en Macédoine

Les Etats-Unis ont exprimé lundi leurs "inquiétudes" à propos de la crise politique en Macédoine, exhortant les autorités de Skopje à répondre aux accusations de corruption proférées par l'opposition.

Interrogé lors de son point de presse sur la crise qui secoue cette ancienne république yougoslave, le porte-parole du département d'Etat Jeffrey Rathke a assuré que Washington "suivait la situation de près aux côtés de (ses) partenaires européens".

"Nous sommes en contact étroit avec le gouvernement macédonien et les dirigeants politiques pour leur faire part de nos préoccupations sur la crise politique actuelle", a dit M. Rathke.

"Nous avons demandé aux autorités de faire mieux pour répondre aux allégations concernant d'éventuels méfaits du gouvernement (...) et avons pressé l'opposition de retourner au Parlement pour renforcer le contrôle des institutions gouvernementales macédoniennes", a argumenté le diplomate américain.

Il a salué quelques "mesures positives" comme le remplacement ces derniers jours de ministres et responsables gouvernementaux à Skopje, mais les "dirigeants macédoniens doivent tous collaborer sur les dossiers auxquels le pays est confronté".

Environ 30.000 partisans du pouvoir manifestaient lundi soir à Skopje leur soutien au Premier ministre Nikola Gruevski, face au rassemblement d'un millier d'opposants qui réclament la démission du chef de gouvernement et l'accusent de corruption.

La Macédoine, ex-république yougoslave de 2,1 millions d'habitants, dont une majorité de Slaves et un quart d'Albanais, est en proie depuis le début de l'année à une grave crise politique opposant les principales formations slaves.

Depuis leur implication dans les guerres en ex-Yougoslavie, les Etats-Unis continuent de garder un oeil sur l'évolution des pays des Balkans, plaidant régulièrement pour leur intégration au sein de l'Union européenne et de l'Otan. La dernière visite d'un secrétaire d'Etat dans la région remonte à celle de Hillary Clinton en novembre 2012.

nr/are