NOUVELLES
18/05/2015 10:34 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Le premier ministre chinois arrive au Brésil : investissements prévus de 50 mds USD

Le premier ministre chinois Li Keqiang arrive lundi à Brasilia lors d'une visite où devraient être annoncés des investissements de 50 milliards de dollars, une bouffée d'oxygène pour l'économie en berne du géant sud-américain.

M. Li rencontrera la présidente brésilienne Dilma Rousseff mardi et dans la soirée il partira à Rio de Janeiro pour analyser certains projets du pays asiatique dans cette ville hôte des jeux Olympiques de 2016. Le mercredi, il voyagera en Colombie.

M. José Graça Lima, chargé des relations avec l'Asie et l'Océanie au ministère brésilien des Affaires étrangères, a annoncé jeudi que "50 milliards de dollars en nouveaux projets devraient être investis par la Chine au Brésil". Ils se concentrent dans l'industrie lourde et des travaux d'infrastructure.

Outre la conclusion de la vente des premiers 22 avions de l'avionneur brésilien Embraer, sur un contrat total de 60 appareils, et la réouverture du marché chinois à la viande bovine brésilienne, d'autres contrats seront négociés dans les réseaux de chemins de fer, de routes, ports et aéroports notamment.

Une réunion entre industriels des deux pays réunira 130 hommes d'affaires de chaque côté de la table, selon la diplomatie brésilienne.

Pendant la visite officielle, les deux pays, membres des BRICS - bloc économique regroupant le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud - étudieront aussi leur projet ambitieux de construction d'un "couloir ferroviaire et maritime" destiné à sortir les exportations brésiliennes vers la Chine par le Pacifique.

Ce couloir traversera une partie de l'Amazonie jusqu'au Pérou, des travaux qui dureront trois à quatre ans, selon M. Graça Lima.

Le Brésil voit sa croissance ralentir pour la cinquième année consécutive et une injection d'argent frais pourrait aider à relancer certains projets comme cela a été le cas avec l'accord de 3,5 milliards de dollars signé en avril entre la Banque chinoise de développement et la compagnie pétrolière Petrobras plongée dans un retentissant scandale de corruption.

"La Chine est en train de prendre le rôle d'investisseur en Amérique latine et aux Caraïbes et le Brésil a besoin désespérément d'investissements", assure à l'AFP Charles Tang, président de la Chambre de commerce Brésil-Chine.

"L'arrière-cour des Etats-Unis est en train de devenir le jardin de la Chine et pas seulement au Brésil mais dans toute l'Amérique latine", ajoute-t-il.

En 2009, la Chine est devenue le premier investisseur au Brésil, devant les Etats-unis.

Selon la diplomatie brésilienne, les échanges commerciaux entre Chine et Brésil sont passés de 3,2 milliards de dollars en 2001 à 83 milliards de dollars en 2013.

dw/cdo/ka/ial/