NOUVELLES
18/05/2015 07:34 EDT | Actualisé 18/05/2016 01:12 EDT

Le groupe État islamique aurait tué jusqu'à 500 personnes à Ramadi

BAGDAD - Les militants du groupe armé État islamique pourraient avoir tué jusqu'à 500 personnes et chassé 8000 résidants de chez eux quand ils se sont emparés de la ville de Ramadi pendant la fin de semaine, a indiqué lundi un responsable irakien.Les victimes seraient aussi bien des civils que des soldats. Des milices chiites appuyées par le gouvernement ont promis de lancer une contre-offensive pour reprendre la capitale de la province d'Anbar.Les djihadistes ont pris le contrôle de Ramadi dimanche après-midi, même après avoir fait l'objet de frappes aériennes de la part de la coalition américaine.Des corps, dont certains calcinés, jonchent les rues de la ville. Des responsables locaux affirment que les militants ont exécuté des membres des forces de l'ordre et des civils. Des images mises en ligne montrent des blindés et d'autres équipements fuyant Ramadi, pendant que des soldats désespérés d'échapper aux djihadistes s'accrochent à leurs flancs.Un porte-parole de la province d'Anbar, Muhannad Haimour, a dit que le bilan de 500 morts et 8000 déplacés depuis vendredi est encore provisoire.L'ONU avait précédemment indiqué que plus de 110 000 personnes avaient fui Ramadi et les villages voisins en avril, au plus fort des violences.Les djihadistes contrôleraient environ 60 pour cent de la province d'Anbar, qui s'étire de la banlieue ouest de Bagdad jusqu'à la Syrie et la Jordanie.Le président du conseil provincial d'Anbar, Sabar Karhout, a indiqué qu'un contigent important de miliciens chiites est arrivé dimanche soir à une base militaire près de Ramadi, possiblement en préparation d'une contre-attaque. Ces miliciens sont appuyés par l'Iran et combattent aux côtés de l'armée irakienne. Leur porte-parole a confirmé lundi qu'une offensive se prépare.