NOUVELLES
17/05/2015 02:15 EDT | Actualisé 17/05/2015 02:16 EDT

Le Népal veut deux milliards de dollars américains pour sa reconstruction

ASSOCIATED PRESS
Rescue workers stand beside a building that collapsed in an earthquake in Kathmandu, Nepal, Tuesday, May 12, 2015. A major earthquake has hit Nepal near the Chinese border between the capital of Kathmandu and Mount Everest less than three weeks after the country was devastated by a quake. (AP Photo/Ranup Shrestha)

Le Premier ministre népalais a lancé un appel dimanche visant à collecter deux milliards de dollars pour un fonds de reconstruction du pays dévasté par deux violents séismes ayant fait plus de 8 500 morts.

"Notre but est de récolter deux milliards de dollars. Le gouvernement a budgété 200 millions de dollars pour créer le fonds et appelle les donateurs et le secteur privé à apporter leur contribution", a déclaré le Premier ministre Sushil Koirala.

Le gouvernement népalais, au pouvoir depuis un an, a été très critiqué pour avoir tardé à réagir après le séisme de magnitude 7,8 du 25 avril, suivi d'un autre de magnitude 7,3 le 12 mai, qui ont ravagé les infrastructures de ce pays pauvre et détruit des milliers d'habitations.

"La réhabilitation et la reconstruction sont très importantes pour nous, et nous espérons que nos amis viendront avec grand coeur à notre secours", a ajouté le Premier ministre.

Plus d'une vingtaine de pays se sont engagés dans les opérations de secours et d'assistance depuis le premier séisme, dépêchant au Népal des sauveteurs et de l'aide humanitaire.

Mais l'ONU a annoncé ce mois-ci n'avoir reçu que 22 millions de dollars en réponse à son appel pour 415 millions de dollars.

La Croix-Rouge a souligné samedi qu'elle travaillait "encore en mode d'urgence absolue" au Népal et a revu à la hausse son appel à dons, de 35 millions à 93 millions de dollars, expliquant que le second séisme a "exacerbé la situation" dramatique provoquée par le premier.  

Plusieurs autres agences humanitaires ont aussi alerté sur la situation des Népalais, qui risque d'empirer à l'approche de mousson dont les pluies torrentielles devraient provoquer des glissements de terrain et isoler davantage des villages.