Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La peine capitale pour l'ex-président égyptien Mohamed Morsi

L'ancien président d'Égypte Mohamed Morsi, destitué par l'armée en juillet 2013, a été condamné samedi à la peine de mort avec une centaine d'autres accusés, dont des dirigeants des Frères musulmans.

L'islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte en 2012, purgeait déjà une peine de 20 ans de prison pour son implication dans le massacre de manifestants de l'opposition durant sa mandature d'un an.

Lorsqu'il était au pouvoir, l'ingénieur de 64 ans a été accusé d'être une marionnette aux mains des Frères musulmans. Les crises se sont succédé, et un an après son élection, le 30 juin 2013, des millions d'Égyptiens sont descendus dans la rue pour réclamer son départ.

Morsi a été destitué quelques jours plus tard par l'ex-chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi. Une répression sanglante des manifestations pro-Morsi et des Frères musulmans s'en est suivie.

Morsi s'était pourtant affiché comme le garant des idéaux démocratiques de la révolte de 2011 contre Hosni Moubarak., déclenchée par la jeunesse libérale et laïque du pays.

Samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé la condamnation à mort de l'ex-président, considérant que le pays était revenu à l'« Égypte antique ». Le gouvernement islamo-conservateur de M. Erdogan, alors premier ministre, était un proche soutien de Morsi après son élection à la tête de l'Égypte en 2012.

Quelques heures après l'annonce du verdict au Caire, deux juges, un procureur et leur chauffeur ont été tués par balle dans le nord de la péninsule du Sinaï, dans la première attaque contre des magistrats dans cette région.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.