DIVERTISSEMENT
15/05/2015 02:26 EDT | Actualisé 15/05/2015 04:12 EDT

Concert OSM: le grand chef Zubin Mehta à Montréal (ENTREVUE)

Courtoisie OSM

On dit que Zubin Mehta est l’un des cinq plus grands chefs d’orchestre vivants dans le monde. Et c’est avec grand honneur que toute l’équipe de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) l’accueillera dans la métropole québécoise le temps d’un concert-bénéfice à la Place des Arts, le 19 mai. Sa venue est d’autant plus significative que l’homme de 79 ans va renouer avec son premier amour.

Zubin Mehta est né à Bombay, en Inde, avant de poursuivre des études à Vienne, en Autriche. Après avoir collaboré avec l’Orchestre philharmonique royal de Liverpool, il a été invité par Pierre Béique à diriger l’OSM, ce qu’il a fait de 1961 à 1967. Grâce à lui, l’orchestre a véritablement pu rayonner sur la scène internationale. Depuis,

la feuille de route de Mehta est pour le moins impressionnante. Il a été directeur musical de grands orchestres basés notamment à Los Angeles, New York, Sarajevo et en Israël, où il est « directeur artistique à vie ».

Par ailleurs, c’est lui qui a eu l’honneur de diriger l’Orchestre philharmonique de Vienne lors du traditionnel concert du Nouvel An, vu par plus de 50 millions de personnes dans 72 pays. On l’avait invité à faire de même quatre autres fois auparavant en 1990, 1995, 1998, 2007.

On ne pourrait passer sous silence que Mehta a également dirigé Les Trois Ténors (José Plácido, José Carreras et Luciano Pavarotti), nom donné à une série de concerts offerts lors de grands événements internationaux comme la Coupe du monde de football à Paris, en 1998. Pour sa part, Zubin Mehta a dirigé ces trois monuments du chant lyrique au cours de leur première collaboration qui a eu lieu aux Thermes de Caracalla, à Rome, la veille de la finale de la Coupe du monde, en juillet 1990. Pour l’occasion, le chef dirigeait l’orchestre du Mai musical florentin et l’orchestre de l’opéra de Rome. Bref, l’homme a laissé sa marque un peu partout dans le monde. Et ça se poursuit.

La Troisième symphonie de Mahler

À la Maison symphonique pour la première fois, Zubin Mehta proposera aux Montréalais la Troisième symphonie de Mahler. Il est d’ailleurs particulièrement apprécié pour ses interprétations de la musique néo-romantique comme celle des compositeurs Richard Strauss, Anton Bruckner et Gustav Mahler. En entrevue téléphonique, Zubin Mehta s’est dit extrêmement heureux d’offrir la Troisième symphonie de Mahler puisqu’elle est l’une de ses œuvres préférées dans tout le répertoire de la musique classique, ce qui n’est pas rien.

« J’ai déjà fait la Troisième symphonie de Mahler avec l’OSM, il y a environ 25 ans. C’est celle [de Mahler] que je préfère. C’est un magnifique voyage. Toute la nature y est représentée en six mouvements. Je veux dédier ce concert à la mémoire de mon ami Pierre Béique, qui aimait cette symphonie aussi. Je n’ai pas dirigé l’OSM depuis des années et j’attends avec [impatience] plaisir de voir la nouvelle salle […] J’ai entendu des choses très positives du lieu. »

Mentionnons d’ailleurs que le chef cèdera son cachet au Fonds Pierre-Béique, dédié à la pérennité de l’OSM. Ce font fut justement lancé en mars 1998, durant un concert présenté sous la direction de Mehta.

La Troisième symphonie de Mahler, qui a été composée à la fin du XIXe siècle, sera livrée par un orchestre augmenté à plus de 100 musiciens. En outre, la mezzo-soprano Michelle De Young, le chœur de femmes de l’OSM (dirigé par Andrew McGill), le Chœur des enfants de Montréal ainsi que la Chorale des jeunes du Conservatoire de McGill seront de la soirée. La durée de la représentation sera d’environ 100 minutes.

Qualifié de chef passionné, charismatique et flamboyant, Zubin Mehta semble faire l’unanimité au sein de l’OSM. D’ailleurs, trois musiciens de l’orchestre ne pouvaient cacher leur immense bonheur à pouvoir collaborer avec lui. Rencontrés dans les bureaux de l’OSM, ils ont partagé leur admiration pour le chef d’orchestre. Voici quelques bribes de notre entretien.

Gratiel Robitaille: second violon. À l’OSM depuis 1965, il a été recruté par Zubin Mehta.

robitaille

«C’est un chef très consciencieux. Il a une mémoire extraordinaire. Il peut diriger pratiquement tout par cœur. C’est un génie musical. Cet homme a été une idole pour de nombreux musiciens. J’ai travaillé avec lui une quarantaine de fois. J’ai eu le privilège de le voir travailler à plusieurs étapes de sa carrière. Il n’y a pas de doute, bien des musiciens ailleurs dans le monde jalousent son passage à Montréal.»

Paul Merkelo: trompette solo. À l’OSM depuis 1999.

merkelo

«Sa présence sur le podium le démarque des autres chefs d’orchestre. Il regarde toujours les musiciens dans les yeux. Il réussit ainsi à obtenir le meilleur de chacun. Et c’est rare pour un chef d’atteindre un tel niveau. Leonard Bernstein, avec qui j’ai travaillé, a ce magnétisme. Mais ils sont rares. Nous sommes tous devenus des gamins quand nous avons appris qu’il serait parmi nous. C’est un vrai cadeau ! En plus, Mahler est la raison pour laquelle je joue aujourd’hui dans un orchestre. C’est mon compositeur préféré.»

Marianne Dugal: Deuxième associé, violon solo. À l’OSM depuis 1999.

dugal

«Nous avons tous hâte à sa venue. Quand on a su que c’était la Troisième de Malher, c’était la fête. Zubin Mehta a un charisme de fou. En plus, il a la plus belle baguette qu’on ne peut imaginer. Il fait de grands gestes gracieux qui obligent à s’investir au maximum […] Lors d’un concert à l’Usine C, j’avais à l’époque vingt ans, il m’avait complètement subjugué. Il pouvait alors tout demander de moi (rires). Je vois sa venue comme un évènement musical. Ce n’est pas banal.»

***

Ce concert de la Symphonie no 3 en ré mineur de Mahler, dirigé par Zubin Mehta, sera offert à la Place des Arts, le 19 mai, à 19 h.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Saison estivale de l'OSM 2015