POLITIQUE
15/05/2015 11:29 EDT

Le fédéral vise une réduction de 30 % des émissions de GES d'ici 2030

pc

Le gouvernement fédéral vient d'annoncer ses nouvelles cibles dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Ces cibles visent une réduction de 30 % des émissions de GES d'ici 2030, par rapport au niveau de 2005.

« Cette cible est honnête et ambitieuse. [...] Nous allons continuer à réduire les émissions tout en protégeant l'économie. » — La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq

Ces cibles sont similaires à celles annoncées par les États-Unis plus tôt cette année. Washington planifie en effet de réduire jusqu'à 28 % ses émissions d'ici environ une décennie.

La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq, a détaillé l'annonce du gouvernement Harper à Winnipeg ce midi.

Rappelons que le Canada avait l'obligation de rendre publiques ses cibles avant la tenue du sommet des sept pays les plus industrialisés, un sommet prévu en Allemagne le mois prochain.

Une conférence très importante sur le climat se tiendra à Paris à la fin de l'année; quelque 200 pays sont censés y révéler leur plan respectif pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Des règles changées selon les secteurs

En vertu du plan révélé par Leona Aglukkaq, le gouvernement canadien entend réduire ses émissions de carbone en changeant les règles relativement :

  • aux émissions de méthane produites par le secteur pétrolier et gazier;
  • au contrôle des émissions provenant des centrales thermiques au gaz naturel;
  • au contrôle des émissions provenant de la production de substances chimiques et d'engrais azotés.

« Parvenir à cet objectif ambitieux nécessitera des actions de la part de tous les niveaux de gouvernement et nous continuerons à travailler ensemble en coopération avec les objectifs des provinces et des territoires, tout en respectant leur juridiction. » — La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq

Le 14 avril dernier, les premiers ministres des provinces et des territoires s'étaient réunis à Québec pour discuter d'environnement et de climat. Au terme de cette réunion, ils avaient convenu, dans une résolution commune, d'appeler le gouvernement canadien à travailler en partenariat.

La secrétaire de direction de la Convention-cadre de l'ONU sur les changements climatiques participait d'ailleurs à cette réunion à Québec. Christiana Figueres avait alors rappelé que le Canada n'est responsable que de 2 % des émissions globales, mais qu'il est le neuvième pays en importance au monde en ce qui a trait aux émissions.

Le mois dernier, Environnement Canada a rapporté que les émissions nationales de GES avaient augmenté entre 2012 et 2013 à 726 mégatonnes, la quatrième augmentation annuelle consécutive.

Cela rend improbable que le Canada puisse respecter sa promesse antérieure de réduire ses émissions de 17 % sous les niveaux de 2005, d'ici 2020.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Faire ou ne pas faire en cas de pollution aux particules fines