NOUVELLES
15/05/2015 12:05 EDT | Actualisé 15/05/2015 12:07 EDT

Fiat 500 Turbo 2015: lune de miel terminée? (PHOTOS)

AutoAuFeminin

Lorsqu’elle a fait son entrée sur le marché canadien en 2011, la Fiat 500 a bénéficié du même genre d’engouement qu’avait connu la Mini Cooper lors de son lancement chez nous. Les dimensions compactes et surtout le style rétro de la Fiat 500 ont rapidement séduit les acheteurs de la belle province qui se voyaient très bien faire leurs courses au volant d’une voiture qui, en plus d’être économique, était particulièrement séduisante.

Au fil du temps par contre, l’effet de nouveauté s’est estompé. Pour relancer les ventes de la 500, Fiat a introduit le modèle Turbo en 2013. Ce dernier avait comme objectif de faire le pont entre la Fiat 500 de base et la version Abarth, beaucoup plus puissante et réellement amusante celle-là, mais plus cher aussi et un peu trop brusque pour la majorité des gens.

Si la Abarth était un peu trop, la 500 de base avec son moteur quatre-cylindres de 1,4 litre développant 101 chevaux n’était pas assez. Voilà donc la 500 Turbo, propulsée par le même quatre-cylindres, mais avec un turbocompresseur en plus qui fait grimper la puissance à 135 chevaux et le couple à 150 lb-pi. Le style de la Fiat 500 Turbo est également plus sportif, question de faire savoir à tous que c’est avec une 500 Turbo que vous vous déplacez. L’objectif secret était peut-être aussi d’attirer une clientèle un peu plus masculine? Qui sait.

Fiat 500 Turbo 2015


Ce qui importe est que la Fiat 500 Turbo a l’air plus virile que la 500 entrée de gamme aux dires de ceux et celles consultés lors de mon essai. La majorité a cependant trouvé que le drapeau italien agrémentant la voiture était de trop. Il s’agit d’une option de 675 $ qui vaudra à votre voiture quelques regards de plus. Pendant la Coupe du Monde de la FIFA, la réussite aurait été totale et complète.

LIRE AUSSI:

» Une Fiat toute spéciale, la 500 Édition 1957

Un habitacle étriqué

L’habitacle de la Fiat 500, peu importe la version, est assez étriqué, mais personne ne sera surpris de cette réalité. Il faut tout de même mentionner que les places arrière sont pratiquement inutiles et que le coffre ne pourra accommoder plus qu’une petite épicerie ou des bagages pour une fin de semaine de vacances.

Avec mes 6 pieds 1 pouce, j’ai eu un peu de difficulté à trouver une position de conduite confortable. Il faut dire aussi que la colonne de direction n’est pas télescopique. En d’autres termes, l'espace est limité.

Cela dit, je ne peux pas vraiment en vouloir à la Fiat 500. Elle n’essaie pas de cacher le fait qu’elle est une voiture compacte et pour ceux et celles qui ne dépassent pas les six pieds, elle offre un habitacle élégant et original avec des sièges bien rembourrés au support latéral suffisant. Couverts d’un cuir rouge particulièrement bien réussi, l’habitacle de ma Fiat 500 Turbo était un succès visuel sur toute la ligne.

Pour 2015, la Fiat 500 offre un bloc d’instrumentation redessiné et désormais numérique derrière le volant qui s’avère plus moderne. Cette touche contemporaine se mélange à une console centrale à l’allure rétro qui s’avère globalement facile à utiliser au quotidien, malgré ses commandes pour le système audio qui nous poussent à utiliser celles sur le volant.

Mentionnons également au passage qu’il est nécessaire, si vous ne voulez pas passer dix minutes particulièrement frustrantes comme moi dans un stationnement à tenter de connecter votre appareil mobile au système Bluetooth, de vous faire expliquer le fonctionnement chez le concessionnaire. Je me considère assez habile avec cette technologie d’habitude, mais le système de commande vocale de la voiture ne semblait rien vouloir savoir.

Merci au turbo

Si mon choix s’arrêtait sur la 500, la version Turbo serait de loin mon premier choix. Plus conviviale que la Abarth, elle est beaucoup plus amusante que la 500 de base. La puissance supérieure de son moteur turbocompressé en fait un véhicule équilibré qui permet d’accélérer ou dépasser avec confiance (ce qui n’est pas le cas avec la 500 entrée de gamme) sans devoir vivre au quotidien avec un échappement bruyant et une suspension plus ou moins permissive (ce qui est le cas avec la 500 Abarth).

Offerte à partir de 18 895 $ avant taxes et préparation, la Fiat 500 Turbo est équipée de série d’une boîte manuelle à cinq rapports. Mon modèle d’essai était cependant doté d’une boîte automatique à six rapports. Impossible de critiquer le fonctionnement de cette boîte, quoique la manuelle offre tout de même un petit plus au niveau de l’agrément de conduite.

En ville, la Fiat 500 Turbo est très agréable. Elle se faufile facilement, et elle vous collera assurément un sourire au visage lorsque le moment est venu de garer la voiture. Si vous avez la chance de vous retrouver devant une route sinueuse, vous prendrez un malin plaisir à enfiler les courbes avec votre Fiat.

Sinon, pour se rendre du point A au point B, elle s’acquitte bien de la tâche, et elle n’est pas plus ni moins confortable que ses rivales.

Conclusion

La version Turbo est de loin le choix le plus intelligent de la gamme Fiat 500. Il s’agit d’une voiture amusante et idéale pour affronter la jungle urbaine. Par contre, si l’on veut s’éloigner de la ville plus que quelques jours, une deuxième voiture plus spacieuse sera nécessaire.

Source: AutoAuFeminin.com

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 autos françaises qui auraient du succès au Québec