NOUVELLES
14/05/2015 08:39 EDT | Actualisé 14/05/2015 08:44 EDT

Tentative de coup d'État au Burundi: la radio nationale n'émet plus

LANDRY NSHIMIYE via Getty Images
Demonstrators take part in a protest in Bujumbura on May 13, 2015. A top Burundian general announced today the overthrow of President Pierre Nkurunziza, following weeks of violent protests against the president's bid to stand for a third term. AFP PHOTO / LANDRY NSHIMIYE (Photo credit should read LANDRY NSHIMIYE/AFP/Getty Images)

La radio nationale burundaise, attaquée par les putschistes burundais qui tentent d'en prendre le contrôle aux troupes loyales au président Pierre Nkurunziza, a cessé d'émettre jeudi après-midi, a constaté l'AFP.

Le directeur de la station Freddy Nzeyimana a confirmé que l'émetteur avait été coupé : "Nous sommes attaqués, c'est vraiment très, très fort, l'émetteur vient d'être coupé, on n'émet plus", a-t-il dit, alors que l'attaque durait depuis plus d'une heure.

Sur place, un journaliste de l'AFP pouvait entendre des tirs nourris de mitrailleuses entrecoupés de tirs d'obus, sans pouvoir accéder au bâtiment dont l'accès était bloqué par des troupes pro-Nkurunziza.

Les tirs ont débuté immédiatement après la diffusion d'une allocution sur la RTNB du président Pierre Nkurunziza, bloqué en Tanzanie depuis le début de la tentative de coup d'État contre lui mercredi.

Le bâtiment de la RTNB avait déjà été l'objet d'intenses affrontements à l'arme lourde jeudi à l'aube, dans la foulée d'une intervention du chef d'état-major de l'armée, Prime Niyongabo, qui avait annoncé l'échec du coup d'État lancé la veille par le général Godefroid Niyombare.

Les déclarations du général Niyongabo avaient immédiatement été démenties par les putschistes, qui assurent contrôler la quasi-totalité de la ville.

Les putschistes n'avaient pas réussi à prendre le bâtiment dans la matinée. Mais leur porte-parole Vénon Ndabaneze avait assuré qu'ils avaient arrêté leur offensive pour ne pas "verser le sang inutilement" et que des pourparlers étaient en cours pour rallier les loyalistes à leur cause.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter