NOUVELLES
14/05/2015 06:48 EDT | Actualisé 14/05/2015 07:14 EDT

Photo du graffiti du commandant Ian Lafrenière: Jennifer Pawluck écope d'une peine avec sursis

Radio-Canada

Une jeune femme reconnue coupable de harcèlement criminel après avoir publié une photo d'un graffiti dépeignant le commandant de la police de Montréal avec une balle dans la tête s'est vue infliger une peine avec sursis, jeudi.

Jennifer Pawluck, 22 ans, a été reconnue coupable en avril de harcèlement criminel pour avoir pris un cliché du graffiti et l'avoir publié sur son compte Instagram en 2013.

La juge de la Cour du Québec s'est ralliée à une recommandation commune des deux parties d'une peine avec sursis, assortie de 18 mois de probation et de 100 heures de travaux communautaires.

La jeune femme ne doit pas faire usage d'Instagram, Facebook ou Twitter dans la prochaine année, à l'exception de messages privés. Jennifer Pawluck ne pourra pas non plus publier quoi que ce soit concernant la police ou quiconque lié au système judiciaire.

Le commandant Ian Lafrenière, la voix publique principale du Service de police de la ville de Montréal à l'occasion d'événements majeurs, a affirmé au procès, en février, que le partage de cette image l'avait ébranlé, avait fait peur à ses enfants et avait forcé sa conjointe à un arrêt de travail.

Jennifer Pawluck a soutenu qu'elle avait publié l'image sans savoir qui était Ian Lafrenière, et avoir voulu présenter un point de vue général contre la police _ un argument qui a été mis en doute par la juge.

Puisqu'elle a été accusée en vertu d'une déclaration sommaire de culpabilité, la jeune femme risquait une peine maximale de six mois de prison ou une amende de 5000 $.

En vertu des conditions de la peine, Jennifer Pawluck se voit aussi interdire d'entrer en contact avec M. Lafrenière ou sa famille.

À l'extérieur de la salle d'audience, jeudi, la procureure Josiane Laplante s'est dite satisfaite de la peine, soulignant qu'il y avait un manque de jurisprudence dans ce genre de crimes sur Internet.

"Les médias sociaux représentent un phénomène qui est assez nouveau, a dit Me Laplante. La peine reflète selon nous les différents critères qui doivent être pris en compte, incluant la dénonciation et la dissuasion."

La juge Marie-Josée Di Lallo a rappelé à Jennifer Pawluck les dangers de publier du contenu en ligne sans trop réfléchir, faisant valoir ce qui pouvait survenir avec un "simple clic".

La jeune femme a dit avoir pris conscience de ces dangers.

Elle aura jusqu'à un an pour compléter ses travaux communautaires, étant donné qu'elle retourne à l'école en septembre pour terminer ses études secondaires.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter