POLITIQUE
14/05/2015 04:45 EDT | Actualisé 14/05/2015 04:45 EDT

Attouchements sexuels: la garderie familiale de Pierrefonds demeure ouverte

Radio-Canada

Une garderie familiale de Pierrefonds où une fillette de 4 ans a été victime d'attouchements sexuels demeure ouverte, en dépit d'une intervention de la ministre de la Famille.

Un texte de Tamara Alteresco

Francine Charbonneau avait demandé plus tôt cette semaine au bureau coordonnateur de la région de suspendre temporairement le permis de la responsable de la garderie, le temps d'une enquête interne.

Le bureau n'a cependant pas agi en ce sens et refuse d'expliquer pourquoi. Il renvoie par contre les médias à une firme de relations publiques qui confirme que la garderie est bel et bien ouverte.

Radio-Canada dévoilait lundi dans un reportage qu'une fillette de 4 ans avait été victime d'un crime sexuel dans le sous-sol de l'établissement, l'automne dernier.

Un adolescent de 13 ans qui se trouvait ce jour-là à la garderie a plaidé coupable à des accusations de grossière indécence.

Le bureau coordonnateur avait à l'époque conclu que la gardienne avait fait preuve de négligence en laissant la fillette sans surveillance, mais a décidé de ne pas la suspendre et de ne pas avertir des événements les parents des autres enfants.

La ministre Francine Charbonneau avait qualifié le reportage de troublant. Son cabinet n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi le bureau coordonnateur n'a pas donné suite à sa demande.

Le ministère réitère que, à la suite de ce reportage, il a ordonné une révision des règles qui encadrent les services de garde et qu'il se penche aussi sur les rôles et les pouvoirs des bureaux coordonnateurs.

L'opposition se dit surprise

Le député de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, a fait part de sa surprise par voie de communiqué.

Pour le député péquiste, il importe que la ministre de la Famille explique aux parents pourquoi le bureau coordonnateur n'a pas fermé le service de garde en milieu familial, alors qu'une enquête interne a été mise en place.

« [...]la transparence est de mise. Il en va de la confiance des parents envers les services de garde du Québec », affirme M. Traversy.

Mathieu Traversy insiste pour dire que Francine Charbonneau doit immédiatement révoquer le permis de cette garderie et relocaliser les enfants, le temps que l'enquête interne suive son cours.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter