NOUVELLES
12/05/2015 20:26 EDT | Actualisé 12/05/2016 01:12 EDT

Yémen: Washington veut voir l'aide humanitaire iranienne transiter par Djibouti

Un bateau d'aide humanitaire que l'Iran vient d'expédier vers le Yémen doit livrer son aide via l'ONU et une plate-forme internationale à Djibouti, plutôt que directement dans le pays en guerre, a estimé mardi le Pentagone.

"Nous surveillons" ce bateau, a indiqué le colonel Steven Warren, le porte-parole du Pentagone. "Nous sommes au courant des déclarations iraniennes selon lesquelles ils prévoient de le faire escorter par des navires militaires", a-t-il ajouté.

"Nous appelons les Iraniens à faire ce qu'il faut, c'est-à-dire à livrer leur aide humanitaire en accord avec les règles de l'ONU, via la plate-forme de distribution qui a été établie à Djibouti", a-t-il précisé.

Toute autre manière de livrer l'aide "ne serait pas la bonne chose", a estimé le porte-parole.

Le bateau, nommé le Shahed selon l'agence de presse iranienne Irna, a été expédié par le Croissant Rouge iranien et transporte 2.500 tonnes d'aide humanitaire.

Il se trouvait mardi matin dans le golfe d'Oman, selon le site Marine traffic, qui suit le trafic maritime mondial.

Le porte-parole du Pentagone s'est refusé à dire ce qui feraient les Etats-Unis si le bateau iranien cherchait à accoster directement au Yémen.

Selon l'agence de presse Irna, citant l'amiral iranien Hossein Azad, le bateau d'aide humanitaire doit être escorté par des navires militaires iraniens.

Le département d'Etat a indiqué mardi que les Etats-Unis "suivaient bien sûr ce convoi de près".

"Nous (le) dissuaderons de tout acte de provocation", a ajouté Jeff Rathke, porte-parole du département d'Etat.

Les Etats-Unis et l'Iran se sont livrés à plusieurs face-à-face maritimes virtuels dans la zone récemment.

Fin avril, les Américains avaient dépêché près des côtes du Yémen leur porte-avions Roosevelt, alors qu'un convoi de bateaux iraniens, escorté par deux patrouilleurs, se dirigeait vers le pays.

Les Américains soupçonnaient le convoi de transporter des armes pour les rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran. Le convoi avait finalement fait demi-tour après quelques jours, et le Roosevelt avait regagné le Golfe Persique.

"Si les Iraniens sont en train de préparer une sorte de coup dans la région, ils savent aussi bien que nous que (...) cela pourrait potentiellement menacer le cessez-le-feu mis en place si difficilement au Yémen", a souligné le colonel Steven Warren.

ddl-lby/are/mf